Origène, Homélies sur l'Ancien Testament


Titre long
Origenis, Homeliae super Gensis


Volume de 307 feuillets de parchemin inscrits sur deux colonnes de 40 lignes jusqu'au feuillet 116v., puis on passe à 48 lignes d'une réglure tracée à la mine de plomb. L'écriture est une rotunda protogothique régulière mais où l'on distingue plusieurs mains.

CONTENU
Il s'agit d'une copie des Homélies sur l'Ancien Testament d'Origène d'Alexandrie.

DÉCOR
Le décor est constitué de lettres historiées et ornées en nombre, qui marquent les grandes divisions du texte : début des homélies et les débuts de chapitres.
La décoration est restée inachevée comme en témoignent les nombreux espaces laissés vides pour les initiales, ainsi qu'un certains nombre de lettres à demi tracées (f. 13, 157, 173...). Par ailleurs, plusieurs artistes très différents sont venu compléter en plusieurs fois ce décor.

1°_L'artiste principal a réalisé la grande initiale I Historiée du premier feuillet. Il est également l'auteur de la miniature illustrant l’ascension de l'âme de saint Lambert au premier feuillet du ms. 46 de la Bibliothèque de Boulogne-sur-Mer, et des scènes de la Vie de saint Winnoc de la Bibliothèque de Bergues (ms. 19).
Son style brillant témoigne du rayonnement artistique du scriptorium bertinien au milieu du XIIe siècle.
Il apparait influencé par l'enluminure anglo-normande de cette même époque, qui affectionne le dessin au trait coloré, rehaussé de délicats lavis peu couvrants qui créent de légères ombres pour renforcer le dessin des drapés. On y retrouve également des éléments de l'art mosan, notamment dans le choix de la composition en médaillons superposés dont les premières occurrences connues se trouvent dans les fameuses Bibles de Lobbes (vers 1084, Tournai, Bibliothèque du séminaire, ms. 1) et de Stavelot (vers 1096 ; Londres, BL, ms. add. 28106), toutes deux réalisées par le même artiste, un certain Goderan, moine de Stavelot.
La scène de l'offrande de Cain et Abel se retrouve quasiment à l'identique dans une plaque d’émail mosane datée vers 1150-1180, actuellement conservée au Musée Schnütgen de Cologne (Inv. G 663) ; ainsi que dans un Psautier, probablement réalisé à Liège vers 1160, conservé à la National art Library du Victoria & Albert Museum de Londres (ms. 8982).

2°_Un autre artiste est intervenu un peu plus tard, mais toujours au XIIe siècle, sur plusieurs lettres ornées de rinceaux, figurées et/ou habitées par des animaux.
Son style est un peux moins élaboré que celui de l'artiste précédent. Il un tracé également moins sûr. Il affectionne notamment des rinceaux avec des feuilles épaisses aux bords dentelés qui se replis comme des feuilles de choux (f. 192, 194v., 195, 228v., 246, 256, 285). Il aime aussi les figures animales dont certaines lui sont caractéristiques comme les échassiers au cou ondulé (f. 194v., 222) ou les animaux dont la crinière semble tressée (f. 214v., 223).
Il s'inspire visiblement de la production du XIe siècle, comme le suggère l'initiale D historiée du f. 191, qui reprend la structure de la miniature du feuillet 138 de l'évangéliaire de Guntfrid de Saint-Vaast d'Arras (Boulogne-sur-Mer, BM, ms. 9).

3° _f. 108 on trouve une initiale D ornée de rinceaux et de têtes de canidés uniquement tracée à l’encre brune selon une technique proche de celle du Maître du Zacharie de Besançon. La main de cet émule du maître du Zacharie est repérable dans plusieurs autres lettres, notamment au f. 229v. où l'on retrouve les motifs empruntés à l'orfèvrerie, typique de ce maître mosan, comme les bagues sur la jambe du Q ou sur la panse du B.

4°_ A la fin du Moyen Âge ou au début de l'époque moderne (XVe ou XVIe siècle), une quatrième personne est intervenue de manière anecdotique sur certaines lettres où elle a ajouté des éléments de décor (f. 202, 214, 273v.)

ICONOGRAPHIE

_folio 1v. : initiale I historiée de scènes de la Genèse. La hampe de ce I est occupée par cinq médaillons qui retracent les principales scènes de la Genèse avec, de haut en bas : la création du ciel et de la terre, le sacrifice de Caïn et Abel, le meurtre d'Abel par Caïn, la rencontre d'Abraham et des trois anges à Membré, et le sacrifice d'Isaac.
Dans les onze médaillons plus petits qui scandent les bordures de la lettres figurent des personnages dont plusieurs allégories sont reconnaissables à leurs symboles.
Seule la foi est nommée dans le médaillon inférieur gauche "fides". En face d'elle se trouve vraisemblablement la charité avec une croix sur sa tunique. Au-dessus d'elle se trouve "elemosyna" figurée ici avec les symboles de l’eucharistie, en référence au personnage identique représenté dans le ms.46 de Boulogne-sur-Mer (folio 1). En face d'elle se trouve l'espérance (associée à l'espoir de Sarah d'avoir un enfant). Au dessus de cette dernière se trouve la victoire avec son sceptre et son couteau et en face d'elle la patience avec son épée sur la nuque, là encore en référence avec le ms. 46 de Boulogne-sur-Mer. Au dessus-d'elle se trouve la prudence symbolisée par le serpent, et en face d'elle la justice.
Les deux derniers médaillons latéraux sont plus difficiles à identifier. Il pourrait s’agir, d'après une interprétation récente, de la sagesse humaine en face de Moïse, auteur présumé du livre de la genèse dont sont tirés les épisodes des médaillons centraux.
Enfin, tout en haut est représentée la Sagesse divine, première créée et qui préside à la Création de toutes choses. Ainsi, par cette composition, l'enlumineur propose une véritable théodicée (une justification de l'existence du mal).

_Plusieurs autres lettres comprennent également des figures animales décoratives : lions, serpents et autres échassiers.
Parmi les iconographiques remarquables de ce groupes on peut noter :
_f. 191 : initiale D historiée figurant l'agneau mystique entouré du tétramorphe.
_f. 214v. : un cynocéphale
_f. 222 : un oiseleur
_f. 223 : un hibou et un lion ressuscitant son petit
_f. 226 : un cerf
_f. 228 : un coq

PROVENANCE
Ex-libris moderne de Saint-Bertin sur le premier feuillet.

RELIURE
Ais de bois, couvrure moderne en veau brun estampé à froid d'un encadrement à la roulette. Dos à 5 doubles nerfs, caissons fleuronnés, pièce de titre rapportée estampée à chaud sur veau fauve : HOMILIAE ORIGENIS

BIBLIOGRAPHIE

A. Catalogues d’exposition

_art du Moyen Âge en Artois (L’), Arras, 1951, cat. 22, p. 50.

_Splendeurs et lumières des bibliothèques ecclésiastiques audomaroises au Moyen Âge (IXe-XVIe s.), Saint-Omer, 2013, p. 6.

B. Bibliographie générale

_BOUTEMY, André, « La Miniature », dans E. Moreau, dir., Histoire de l’Église en Belgique, II, 2e éd., p. 311-361 (ici p. 338).

_CAHN, Walter, Romanesque Manuscripts. the Twelfth Century (A survey of manuscripts illuminated in France, 2 vol.), Londres, Harvey Miller, 1996 (cat. 101, p. 124).

_FINGERNAGEL, Andreas, dir., Romanik, 2 volumes, Geschichte der Buchkultur, 4/1-2, Gaz, Akademische Druk- u. Verlagsanstalt, 2007, II, p. 138, 139

_MARIETHOZ, Geneviève, « Une initiation à la sagesse. Le « I » introduisant les homélies d'Origène sur la Genèse (ms. Saint-Omer. bibl. mun., 34, f. 1v.) », Cahiers de Civilisation médiévale, 53, 2010, p. 129

Auteur
Origène (0185?-0254?) > Père de l'Eglise
Cote / N° Inv.
Ms. 034
Provenance
Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Cote ancienne
12 Codex (Saint-Bertin)
2° f° geho (Saint-Bertin)
Période
12e siècle
Date de début
1125
Date de fin
1130
Type
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Collection
Manuscrits > Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Domaine public

Permalien
http://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/1684