Recueil de droit canon


Volume de 248 + 2 feuillets de parchemin inscrit sur 4 colonnes de 111 lignes pour les commentaires et de hauteur variable pour le texte principal. L'écriture commence au-dessus de la première ligne de réglure, c'est une belle textualis régulière mais où l'on distingue plusieurs mains.

CONTENU
Il s'agit d'un recueil de droit canon copié et enluminé à Paris dans 2e quart du XIVe siècle

_1° Le Sexte de Boniface VIII (1235?-1303), c'est à dire le sixième livre des décrétales, ici accompagné de la glose du cardinal et évêque d'Arras Jean Le Moine (1250-1313).
_ 2° Les Constitutions de Clément V ou Décrétales clémentines avec le commentaire du jurisconsulte Guillaume de Montlaudun (12..-1343).
_3° Les Constitutions de Jean XXII avec le commentaire de Gaucelin de Cassaignes (12..-1330/34), professeur de droit à Montpellier.
_4° de nouveau les Décrétales clémentines, mais cette fois avec le commentaire de Johannes Andreae ou Jean d'André (1275?-1348), jurisconsulte et professeur de droit canon à Padoue, Pise et Bologne.

DÉCOR
La décoration secondaire du manuscrit est essentiellement constituée d'initiales émenchées d'or et d’azur filigranées, d'initiales filigranées simples et d'initiales vignetées. On trouve occasionnellement des initiales à filigranes violets. pourtant rarement employés dans les ateliers de la capitale.
Il est probable que nous ayons affaire à un recueil composite. Dans tous les cas ce volume comprend plusieurs mains bien identifiables.
Les filigranes les plus élaborés pourraient avoir subi l'influence de Jaquet Maci, mais ils sont bien moins fouillés que ceux de ce talentueux collaborateur de Pucelle et Le Noir.

ICONOGRAPHIE
Ce manuscrit est orné d'une miniature située au recto du premier feuillet. Il s'agit soit d'une scène de dédicace si l'on voit un pape trônant, avec un livre dans la main gauche. Il s'agit vraisemblablement Boniface VIII, qui reçoit la copie de son livre des mains d'un jeune clerc en génuflexion, introduit par un groupe de cardinaux.
Mais il est aussi possible qu'il s'agisse d'une scène de transmission, où le Pape transmet sont livre à son clergé.

Cette miniature, bien que légèrement abimée, est d'une excellente facture, et peut être attribuée à l'enlumineur qui a illustré :
- le Procès de Robert d'Artois (Paris, BNF, ms. fr. 18437)
- le calendrier et le cycle de saint Louis des Heures de Jeanne II de Navarre (Paris, BNF, ms. NAL 3145)
- les deux volumes des Œuvres de Thomas d'Aquin (Florence, BML, ms. Fiesole 89 et Vatican, BAV, ms. vat. lat. 744)
- les Heures de Savoie (Yales, Beinecke Libr., ms. 390)
- ainsi qu'une charte de 1332 (Paris, AN, J 357 A [reines 1], 4bis)
Tous ces manuscrits sont datées entre les années 1336-1343, ce qui nous suggère une datation similaire pour ce recueil.

Cet artiste est un suiveur du grand enlumineur parisien du début du XIVe siècle, Jean Pucelle (12..-1334), initiateur du style gothique international, et de son principal disciple Jean Le Noir (actif entre 1331 et 1380), avec le style duquel notre enlumineur présente de grandes affinités.
Parmi les éléments caractéristiques de ses compositions on peut noter
-les nez grecs en forme de 7 retourné, dont la partie supérieure vient dessiner l’arcade sourcilière.
-les mâchoire larges avec des mentons à fossettes (comme ici sur le pape et que l'on retrouve dans la séries des évêques du Procès de Robert d'Artois).
-les cardinaux aux chapeaux enfoncés très bas sur la tête et dont le bord arrive juste au-dessus des yeux (on retrouve notamment ce type de visage dans la miniature introductive du cycle de saint Louis dans les Heures de Jeanne de Navarre).
-les chaises curules aux accoudoirs en forme de têtes de lions barbues vues de face.

PROVENANCE
_Ce manuscrit fait partie de la demi-douzaine de volumes (mss 14, 70, 284, 304, 622) acquis par ce religieux de Saint-Bertin qui y a laissé son nom. Ce lot présente de grandes variétés stylistiques, mais tous les volumes repérés à ce jour peuvent être datés de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle. Ce lot présente de grandes variétés stylistiques, mais tous ces volumes repérés à ce jour peuvent être datés de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle. Beaucoup de ces manuscrits sont d'origine régionale, mais cet exemplaire nous montre que le Frère Scoef était un bibliophile averti qui pouvait acquérir des volumes de grande valeur.

Au XVIIIe siècle, ce volume rejoint la bibliothèque personnelle de l'Abbé Mommelin le Riche (1706-1723), dont l'ex-libris armorié a été collé au verso du plat supérieur de la reliure.

RELIURE
Refaite au XVIIe siècle, basane courante, dos à 8 double nerfs avec caissons estampés à chaud et pièce de titre rapportée : SEXTUS DEC GLOSSATUS.

Auteur
Boniface VIII (1235?-1303) > Pape
Clément V (126.-1314) > Pape
Jean XXII (1245-1334) > Pape
Contributeur
Gaucelin de Cassaignes (12..-1330/34) > Canoniste
Giovanni d'Andrea (1275?-1348) > Canoniste
Guillaume de Montlaudun (....-1343) > Jurisconsulte
Jean Scoef de bourbour (13..-14..), moine de Saint-Bertin
Mommelin le Riche (abbé de Saint-Bertin, 1706-1723)
Cote / N° Inv.
Ms. 458
Provenance
Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Période
14e siècle
Date
1336
Date de fin
1345
Type
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Collection
Manuscrits > Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Domaine public

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/16669