Augustin d’Hippone, sermons


Titre long
Augustinus hipponensis, Sermones de Verbis Domini

Volume de 133 feuillets de parchemin, inscrits sur deux colonnes de 49 lignes. Le texte commence au-dessus de la première ligne de réglure tracée à la mine de plomb. L'écriture est une belle onciale régulière, et le volume pourrait avoir été rédigé par un seul scribe qui à laissé son nom à la fin du volume : "liber Agustini / [de] verbis domini et de verbis apostoli / […] scripsit Salomon / summo doxa deo". Celle-ci, placée dans une position inhabituelle, en marge à la fin du texte, se fait discrète et correspond à l’anonymat qui caractérise la grande majorité de la production livresque des scriptoria monastiques. Il s’inscrit également par son texte dans l’univers monastique du XIIe s., puisqu’il transmet un ouvrage patristique de grande importance, la double collection des sermons de s. Augustin († 430) sur les évangiles (de verbis Domini) et les épîtres pauliniennes (de verbis Apostoli), qui le lie à Anchin et Clairmarais.

CONTENU
Ce volume contient 117 sermons d'Augustin d'Hippone sur les évangiles selon Matthieu, Luc et Jean et sur les Actes des Apôtres.

DÉCOR
Le décor de ce manuscrit est principalement constitué de lettres ornées, figurées, habitées et historiées.

Ce manuscrit est un de ceux attribués au Maître du Zacharie le Chrysopolitain, dont le style se retrouve dans plusieurs autres manuscrits de Saint-Bertin (St-Omer, BASO, mss 12-2, 30, 51, 73, 78, 95, 220 et Boulogne-sur-Mer, BM, mss 36 et 70).
Il a également probablement influencé un certain nombre de suiveurs, dont on trouve la main dans des manuscrits de Saint-Bertin et de Notre-Dame de Clairmarais (mss 3, 114, 213 et 716-8).

Son style très graphique témoigne d'une triple influence : l'art mosan, l'enluminure ottonienne et son goût pour le hiératisme byzantinisant, et aussi, bien que dans une moindre mesure, le Channel style.
La majorité de sa production est uniquement dessinée à l'encre, sans ajout de couleur, et plusieurs éléments ornementaux font écho au vocabulaire ornemental de l'orfèvrerie. Ces constats ont amené les chercheurs à émettre l'hypothèse que cet artiste était à la fois enlumineur et orfèvre.
Il montre également un goût prononcé pour le rendu naturaliste des corps dont il aime à souligner la musculature au moyen de petites touches de plume.
Son art annonce la transition importante que l'on observe au tournant des XIIe et XIIIe siècles et que l'on a l’habitude d'appeler le "style 1200".

Enfin, il est intéressant de signaler la présence de lettres ornées dans le style aux protofiligranes, style que l'on retrouve dans de nombreux manuscrits audomarois (voir ms. 33), ainsi que dans les lettres de couleur de notre manuscrit.

ICONOGRAPHIE
Le répertoire ornemental de ce maître développe principalement cinq thèmes iconographiques :
- Les serpents de différents types et souvent figurés en train de s’entre-dévorer.
- Les figures humaines nues et combattant des serpents ou d'autres animaux.
- Les centaures et les sirènes
- Les oiseaux
- Des animaux parodiant les hommes.
C'est un répertoire encore très roman et monastique, qui allégorise le combat contre les vertus, mais qui annonce aussi le développement des marginalia à l’époque gothique, quand ces figures "migreront" des lettres vers les marges.
On retrouve nombre de ces motifs dans les manuscrits du Channel style produits pour Saint-Bertin et Clairmarais, vraisemblablement à Saint-Bertin (mss 94, 182 et 193).

PROVENANCE
Abbaye de Saint-Bertin : ex-libris au verso du premier feuillet.

RELIURE
Cartonnage couvert d'un veau brun, refait au XVIe siècle, dos à 7 doubles nerfs, caissons ornés d'un fleuron, titre estampé à chaud.

BIBLIOGRAPHIE

A. Catalogue d'exposition

_STUTZMANN, Dominique (dir.), Jeux de mains. Portraits de scribes dans les manuscrits de la Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer, Saint-Omer, BASO-CASO, 2015, cat. 11, p. 13.

B. Bibliogrphie générale

_WEIGAND (Rudolf), « Fälschungen als Paleae im Dekret Gratians », Monumenta Germaniae Historica 33 (2), 1988, p. 301-318.

_PARTOENS (Gert), « La collection de sermons augustiniens De verbis Apostoli. Introduction et liste des manuscrits les plus anciens », dans Revue Bénédictine, 111 (3), 2001, p.317-352 (p. 334).

_DE CONINCK (Luc), COPPIETERS’T WALLANT (Bertrand) et DEMEULENAERE (Roland), La tradition manuscrite du recueil « De Verbis Domini » jusqu’au XIIe siècle. Prolégomènes à une édition critique des « Sermones ad populum » d’Augustin d’Hippone sur les Évangiles (serm. 51 sqq.), Turnhout, 2006 (p. 11-114, 121-128, 130).

Auteur
Augustin d’Hippone (0354-0430) > Docteur de l'Eglise
Cote / N° Inv.
Ms. 077
Provenance
Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Cote ancienne
13us Cod. (saint-Bertin)
Période
12e siècle
Date de début
1175
Date de fin
1195
Type
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Ex-libris
Collection
Manuscrits > Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
http://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/18031