Recueil


Titre latin
Liber Aurelii Augustini de Quantitate animæ
Augustinus, Ad Inquisitiones Januarii
Augustinus, Sententie excerpte ex libris Sci augustini Adversus Manicheos
Augustinus, Veteris Testamenti quæstiones VIII
Passio sancti Pantaleonis martiris
Vita sancti Walarici abbatis
De sancto Moronto abbate

Volume de 92 feuillets de parchemin, inscrits à longues lignes sur 22/24 lignes d'une réglure tracée à la pointe sèche. en minuscule très-nette, avec titre en capitales et onciales.

CONTENU
Il s'agit d'un recueil hétérogène, constitué de trois unités. Les gardes supérieures comprennent un grand nombre d'essais de plume, dont plusieurs avec des notations musicales.
On note aussi, dans la marge inférieure du f. 43v., deux inscriptions relatives à la vie de l'abbaye : "Anno ab incarnatione dni m°.c°.lx°xiiii°. nat[us].est puer.vi.idus decemb[ris]. Die dnica ; Anno v[er]bi incarnati.m°.c°.l°xx°.factus sum monacus.iiii°.kl ap[ri]lis, d[mini]ca palmarum, AEtatis aute[m] meo. a\ anno§. xii°.am\.fiat". En comparant avec le catalogue des moines de Saint-Bertin, nous pouvons suggérer qu'il s'agit de

_A, f. 1-69v. Quatre textes d'Augustin d'Hippone

1°, f. 1-46v._De quantitate animae (De la grandeur de l'âme). C'est un traité composé vers 387-388, où Augustin propose une définition de la nature de l'âme humaine. Il est construit sur la modèle d'un dialogue platonicien avec un certain Evodius.

2°, f. 46v-66v._Ad Inquisitiones Januarii, epistolae 54-55. Il s'agit ici de deux épitres d'Augustin à Janus ou Janvier (Ianuario), sur des questions de liturgie essentiellement, et en particulier sur les fêtes pascales. RÉPONSE AUX QUESTIONS DE JANVIER. — LIVRE PREMIER OU LETTRE LIV. (Année 400.). Pour expliquer la diversité des pratiques en usage chez les différents peuples chrétiens, S. Augustin établit que ce qui est établi par l’Écriture, par la tradition apostolique ou par les conciles généraux, doit être observé partout, et que pour le reste, il convient d'observer la coutume de l’Église où l'on est actuellement. En répondant aux questions de Janvier, notre saint touche à beaucoup de points très-intéressants. Il est ingénieux, profond, toujours attachant. Il faut lire et relire ces deux lettres qui forment deux livres. RÉPONSE AUX QUESTIONS DE JANVIER. LIVRE DEUXIÈME OU LETTRE LV. (Année 400.). Augustin fait d'abord connaître les raisons profondes et mystérieuses pour lesquelles on ne célèbre point la résurrection, la mort et la sépulture du Sauveur les jours mêmes où ces grands événements se sont accomplis. Il explique ensuite pourquoi la descente du Saint-Esprit, le cinquantième jour après Pâques, et ce qu'il faut penser de quelques usages particuliers.

3°, f. 66v-67v._Sententie excerpte ex libris Sci augustini Adversus Manicheos. Il s'agit donc ici d'un court extrait des divers traités qu’Augustin à composé contre les Manichéens.

4°, f. 67v-69v._Octo quaestionibus ex veteri testamento. Il s'agit en fait d'un traité apocryphe, inclus dans les œuvres d'Augustin.

Sur le dernier feuillet de cette section, un main différente mais contemporaine a inscrit une série de litanies. Laetania cotidiana...

B. f. 70-85v, Vies des saints Pantaléon et Valéry

5°, f. 70-76v._Passio sancti Pantaleonis martiris, que est V. Kl augusti. La vie de saint Pantaleon. Pantaleon est un médecin oriental, originaire de Nicomédie (l'acteiuelle Izmit en Turquie). Il est baptisé par le prêtre Hermolaüs et se met à prêcher dans sa ville, l’empereur Dioclétien le soumet à la torture ; on retendit d’abord sur le chevalet, puis on lui appliqua sur le corps des lames rougies au feu. Il finit par être décapité.

6°, f. 76v-85._Vita sancti Walarici abbatis. Il s'agit du moine Gualaric ou Walaricus (écrit Walaric, Walric et Valery ; ~550 - 622), disciple de saint Colomban, évangélisateur de la Picardie, abbé de Leuconay, et fondateur de l'abbaye de Saint-Valery-sur-Somme. Deux vies de Valery ont été écrites au VIIIe siècle par Raimbert et Théodin, 3e et 4e abbés de Saint-Valery-sur-Somme.

_f. 85v-86., une série de recettes magiques associant des mélanges de diverses substances à des oraisons. C’est ainsi que l’on peut identifier les voleurs au moyen d'une boule de cire bénite, renfermant du vif-argent (mercure) et sur laquelle on a écrit l’oraison suivante : Deus, qui in monte Calvarie lignum sancte crucis ostendisti et per Iudam deprehensus est, qui per Iudam tradidit filium suum dominus nostrum, demosntrat michi quidquid furto iste perdidit saeque eum recognoscere per eum siquis etc. / « Dieu, qui fut exposé sur la croix au Mont du Calvaire, et trompé par Judas, et dont ton fils, notre seigneur, fut trahi par Judas, montre-moi ce que j’ai perdu, désigne moi qui me l’a dérobé…». Une autre recette explique comment rendre quelqu’un muet (ad lipus occultum) à l’aide d’un talisman à base de blanc d’œuf mêlé, entre autres, de poudre de poumons de poussin d’hirondelle… À côté de cette formule, on a dessiné un carré magique, un des talismans les plus répandus. Il consiste en une série de mots de 5 lettres pouvant se lire dans n’importe quel sens.

C. f. 86v-92, Vie de saint Mauronte. Moronte (6..-701), moine de l'Abbaye de Marchiennes, il fonde l'abbaye Bruel ou Mervile avec saint Amé.

DÉCOR
Le décor de ce volume est essentiellement constitué de lettres ornées.
La plus importante ouvre le recueil, il s’agit d’un grand "Q" orné de rinceaux et dont la haste se termine en forme de poisson. Le D du feuillet 44v est un peu différent, les pleins sont évidés et les extrémités de la lettre se terminent en protomés animaux.
La vie de Pantaléon, semble d'une main plus ancienne, et le décor des lettres s'en ressent avec un jeu d'entrelacs encor très franco-saxons.
La vie de saint Valéry est aussi légèrement différente, on retrouve de simples lettres formées de rinceaux. On note la représentation d'une tête de moine dans le C du f. 77, qui pourrait être une tentative de représenter saint Valéry lui-même.
Le reste du décor est constitué de lettres rehaussées et par les rubriques.

RELIURE
La reliure à été refaite au XVIIIe siècle, veau brun estampé, encadrement d'un filet à froid sur les plats, dos à 4 nerfs, palettes dorées sur les coiffes et les nerfs, caissons fleuronnés, titre doré (effacé).

PROVENANCE
Le volume porte un ex-libris du XVe siècle de l'abbaye de Saint-Bertin "De libraria Sti Bertni", ainsi que la cote du XVIIIe s.

BIBLIOGRAPHIE
- R. Cordonnier, Splendeurs et lumières des bibliothèques ecclésiastiques audomaroises au Moyen Âge (IXe-XVIe s.), cat. expo., Saint-Omer, 2013, p. 19
- R. Cordonnier, Magie et vieux grimoires, les arts occultes dans les collections patrimoniales de la bibliothèque d'agglomération de Saint-Omer, cat. expo., Saint-Omer, 2016, p. 31
_Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT-CNRS), «Notice de Saint-Omer, Bibliothèque d'agglomération de Saint-Omer, 311», dans Stutzmann Dominique (dir.), Saint-Bertin : centre culturel du VIIe au XVIIIe siècle, 2016. Consultation du 06/06/2018.

Auteur
Augustin d’Hippone (0354-0430)
Boèce (Boetius Anicius Mantius Severinus - 480-524)
Cote / N° Inv.
Ms. 311
Provenance
Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Cote ancienne
49 (Saint-Bertin)
Période
10e - 11e siècle
Date de début
950
Date de fin
1050
Type
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Ex-libris
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
http://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/18208