Antiphonaire à l'usage de Saint-Bertin


Titre latin
Antiphonarium bertiniensis
Date de parution
1544
Dates du document
1544

Volume de 218 feuillets de parchemin, inscrits à longes lignes sur 11 lignes alternant avec 11 portées de 4 lignes tracées à l'encre rouge. L'ensemble : ligne de texte + portée équivalant à 3 lignes de réglure classique, soit 33 lignes d'une réglure tracée à l'encre noire et rouge. L'écriture est une textualis régulière d'une seule main. Une curiosité codicologique s'observe sur les pages : elles sont été "signées" de la même façon qu'on l'aurait fait pour un livre imprimé.

CONTENU
Il s'agit d'un "Antiphonaire", c'est à dire un livre liturgique où sont inscrits des antiennes et autres parties de l'office, avec leur(s) notation(s) en plain-chant. C'est un emprunt au latin médiéval "antiphonarium", qui désignait de façon plus générale un recueil des chants de l'année.
A l'origine, une antienne est un chant exécuté par deux chœurs se répondant alternativement. Dans la poésie chantée pendant une cérémonie religieuse, cette division en deux camps qui alternent produit l'antiphonie.
Dans la liturgie médiévale et moderne, elle désigne plus particulièrement le verset qui introduit ou suit la mélodie psalmodique ou un cantique. On peut aussi doubler l'antienne, c'est-à-dire la répéter après le psaume; on la chante alors en entier.

DÉCOR
Le décor de ce volume est constitué de trois niveaux de lettres ornées.
Chacun des volumes s'ouvre sur une grande lettre ornée qu occupe jusqu'à 4 portées et 4 lignes de textes (f. 1). La décoration est uniquement composées de motifs végétaux : rinceaux, feuilles d'acanthes et fleurs caractérisées pas un énorme pistil.
On trouve ensuite une série d'initiales émenchées et filigranées sur deux lignes de portées, d'un travail moins fouillé.L'un des motifs récurent des ces lettres est une figure géométrique qui évoque la forme d'un sablier, placé dans la panse de la lettre (comme dans le D du f. 64 v., ou le
Enfin, le troisième niveau de lettre est constitué de lettres de couleurs, alternativement bleues et rouges, et de lettres caddelées : lettre ornée de traits de plume.

RELIURE
LA reliure a été refaite au XVIIIe siècle, en basane fauve, dos à 5 nerfs, caissons fleuronnés, titre doré.

PROVENANCE
Le copiste à signé son œuvre à la fin du volume : "Auxilium meu[m] a d[omi]no : Hoc volumem (sic) scriptum atq[ue] notatu[m] est a fratre Ioha[n]e Pacoul Sancti Bertini religioso. Anno Doi. M°.Vc.xliiii".
Ce Jean Pacoul est inscrit au Catalogue des religieux de Saint-Bertin (ms. 815), au n° 840, qui nous apprend qu'il était natif d'Etaples, considéré comme "scriptor eximius" (copiste extraordinaire), ainsi que portier de l'église abbatiale. Il est décédé en 1547, soit quelques années seulement après avoir réalisé cet ouvrage.
Par ailleurs, on trouve sur la première page l'ancienne cote XVIIIe de Saint-Bertin.

BIBLIOGRAPHIE

A. Travaux universitaires non publiés
GOUDESENNE, Jean-François, Le Chant liturgique dans le nord de la France au Moyen Âge, pour une approche de la messe de Pâque & une étude des notations neumatiques, mémoire de maîtrise en musicologie, 3 vol., dir. M. C. Beltrando-Patier, Lille III, 1987 (extraits).

B. Bibliographie générale
GIL, M., NYS, L., Saint-Omer Gothique. Les arts figuratifs à Saint-Omer à la fin du Moyen Âge 1250-1550, peinture-vitrail-sculpture-arts du livre, Valenciennes, PUV, 2004, p. 65, 214.



Contributeur
Pacoul, Jean (d'Etaples, moine de Saint-Bertin, copiste, sacristain, 14..-1547)
Cote / N° Inv.
Ms. 204
Tomaison
Tome 1
Provenance
Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Cote ancienne
580 (Saint-Bertin)
Période
16e siècle
Type
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/18367