Description de tout le Païs Bas autrement dict la Germanie inferieure, ou Basse-Allemagne (extraits)


Date de parution
1567

Description de tovt le Païs Bas Avtrement Dict La Germanie Inferievre, Ov Basse-Allemaigne. Par Messire Lodovico Gvicciardini Patritio Florentino. Auec diuerses Cartes Geographiques dudit païs. Aussi le pourtraict d'aucunes Villes principales selon leur vray naturel , pour entendre plus facilement ladicte description. Grandement vtile à toutes sortes de gens, soyent lettrez ou Gentils hommes, marchants, ou aultres , pour la bonne instruction contenue en cest oeuure , concernant le fait de la iustice, police, loix, coustumes, & autres qualitez dudit païs vniuersel , & de chacune prouince en particulier. Auec vng ample discours sur le faict de la negotiation & trafique des marchandises, qui se fait audit pays. Plus vne table ou indice des choses plus memorables contenües en ladicte oeuure. En Anvers, Par Guillaume Silvius, imprimeur du Roy. [-] M. D. LXVII. Avec Privilege Dv Roy.

Lodovico Guicciardini est né à Florence en 1521. Il s'établit à Anvers en 1541, et c'est là qu'en 1567, il publie en italien psa "Descrittione di tutti i Paesi Bassi". Ce volume est le premier grand livre de topographie consacré aux anciens Pays-Bas. L’auteur y décrit l’ensemble des Pays -Bas, principauté par principauté, en évoquant la géographie et l’histoire des villes ainsi que les événements anciens et récents, et les personnages ayant vécu dans les régions concernées. Son texte s’appuie sur des témoignages visuels, tout particulièrement pour Anvers, sur des témoignages oraux et sur de nombreuses sources imprimées. Elle constitue un précieux témoignage de la situation de cette région au XVIe siècle. Parallèlement paraissent deux éditions françaises en 1568 et 1582. Des éditions dans d’autres langues suivront après le décès de l’auteur, en latin, en néerlandais et en allemand, chez d’autres éditeurs.
Le texte est précédé de pièces liminaires de différents humanistes, parmi lesquels Nicolas Grudius, Gaspar Schets, Juste Lipse, Alexandre Grapheus et Joannes Latomus. Tous célèbrent l’œuvre de Guicciardini ; les textes sont imprimés en caractères romains, italiques, gothiques ou grecs selon la langue utilisée par l’auteur : latin, italien, français, néerlandais et grec.
L’illustration, gravée sur cuivre, prend une part importante au livre, comme dans tout traité de topographie. On découvre successivement : une allégorie des Pays-Bas (sous le nom de Belgia) et de ses trois fleuves, un titre gravé, les armoiries des dix-sept principautés constituant les Pays-Bas entourant les armes du roi Philippe II d’Espagne et de Portugal, des allégories des arts et des sciences entourant le portrait de Philippe II, un bois représentant les armes de Guicciardini. Suivent 78 planches, doubles pour la plupart, représentant des cartes, plans, vues et monuments. Une carte de l’ensemble des Pays -Bas introduit le livre, puis des cartes particulières pour chaque principauté, ensuite des vues à vol d’oiseau ou plans de villes de la principauté, quelques monuments représentatifs, parfois. Guicciardini tient ainsi à situer son propos dans le temps mais aussi dans l’espace, l’illustration étant structurée en parallèle avec le texte. Chaque plan de ville porte généralement les armoiries de la ville et de la principauté où elle se situe, ainsi que le nom de la cité dans un cartouche orné d'un masque de faune, d’une sirène ou d’un triton soufflant dans une conque. Des éléments décoratifs secondaires interviennent aussi sur les planches : personnages en costume d’époque, bateaux de pêche, commerciaux, combats navals, Neptune, scènes de labour et d’innombrables vaches paissant, moutons et moulins à vent. Enfin, les plans de villes sont parfois regroupés par deux, sur un seul feuillet, comme Landrecies et Avesnes, Philippeville et Beaumont, Chimay et Mariembourg Certains plans de villes portent des légendes, d’autres pas. (description extraite de la notice réalisée par Claude Sorgeloos pour la Bibliothèque Royale de Belgique)

On y trouve notamment, p. 329-330, une courte description de Saint-Omer, qui reprend les principales données connues alors sur l'histoire de cette ville. On y confirme l'origine germanique de saint Omer et la puissance financière de l'abbaye de Saint-Bretin (sic), considérée come l'ne des plus riches de toute la Flandre ! On y trouve aussi un paragraphe sur les fameuses ïles flotantes.

PROVENANCE : Ce volume est entré à l'inventaire par un don anonyme en mars 1906. Il porte en outre au contreplat supérieur, l'ex-libris armorié de Antoine François Joseph Hibon, né en 1725 à Saint-Omer, où il décède le 2 mars 1793, à l’âge de 68 ans. Il est avocat, procureur du Roi de l'Election provinciale d'Artois.

Auteur
Guicciardini, Lodovico (1521-1589)
Editeur
Silvius, Willem (1521?-1580)
Contributeur
Belleforest, François de (1530-1583) (Traducteur)
Cote / N° Inv.
inv. 38105
Provenance
Dons XXe siècle
Période
16e siècle
Type de document
Ex-libris
Reliure ancienne
Estampe et gravure
Carte et plan
Imprimé ancien
Collection
Imprimés anciens
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Domaine public

Permalien
http://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/18635