Missel (fragments)


Titre latin
Missale

Huit bifeuillets de parchemin inscrits sur deux colonnes de 33 lignes d'une réglure à la pointe sèche. L'écriture est une belle caroline régulière, probablement d'une seule main.

CONTENU
Il s'agit des fragments d'un missel du XIe siècle.
A l'origine du christianisme, on pratiquait essentiellement des messes solennelles, qui font intervenir plusieurs officiants autour du célébrant, chacun ayant une tache bien définie dont le déroulé était consigné dans un livre propre à son usage : le célébrant utilise un sacramentaire, le diacre l'évangéliaire, le sous-diacre un épistolier et le chœur des chantres a son graduel.
Mais avec le développement des messes basses et privées, cette division rendait les choses compliquées car le célébrant devait alors cumuler toutes les fonctions. C'est ainsi que l'on a progressivement enrichi le sacramentaire des différentes parties de l'office initialement contenues dans les autres livres liturgiques, dans ce que l'on a appelé le "Missel plénier". Si l’adjonction des lectures et des parties chantées s'observe occasionnellement et avec plus ou moins d'efficacité dès la fin du XIe siècle, les premiers missels proprement-dits apparaissent seulement à la toute fin du Xe siècle et surtout au début du XIe. Ce qui fait de nos fragments des témoins relativement précoces de ce types d'ouvrage.

Les portions conservées sont rarement complètes, mais les rubriques (écritures, souvent abrégées, en rouge) nous permettent de reconstituer ces portions de liturgie, et de les identifier lorsque l'on a l'intitulé :
-"Domc. III" pour "Dominicale III" : 3e dimanche
-"L° IIII K mai Vitalis" : office du 4 des calendes de mai [pour la] saint Vital"
-ou encore "L° Ntl Sctorum Geruasi ptasi" : office [pour la] naissance des saints Gervais et Protais - on considère en effet que la date du martyr d'un saint correspond à sa naissance en Dieu ou à sa renaissance à la vie éternelle.

Pour les parties de l'office on trouve :
_"Or" pour "oraison" : prières directement adressées à Dieu et qui précisent la grâce du jour
_"coll" pour "collecta" : oraison prononcée après le Gloria et qui énonce et résume l’ensemble de la supplication.
_"secr" pour "secreta" : la secrète, ou prière d'offrande, est une oraison prononcée à voix basse (en latin, "secreta") au début de l'offertoire
_"postco" pour "post comunio" : oraison prononcée après la communion "Post communion", et qui porte le plus souvent sur le mystère eucharistique ; elle est aussi parfois appelée "ad compl" pour "ad complendum" : littéralement cela signifie "oraison/collecte pour terminer".
_"of" pour "offertorium" : l'offertoire, précédant la consécration et la communion, est la partie chantée pendant que le prêtre place le pain et le vin sur l'autel l'offrande (oblation)
_"co" pour "communio" : partie chantée pendant la communion des fidèles
_"Domc" pour "[oratio] dominicale" : littéralement prière du "Dominicus", du "Seigneur" c'est le nom donnée en liturgie à la prière du Notre Père, récitée pendant la célébration eucharistique ou à différents autres moments de la prière chrétienne
_"Ps." pour psaume
_"Gr" pour "graduale" : Du latin gradus : « marche », « degré ». Les Psaumes « graduels » étaient ces « Psaumes des montées » que les Israélites chantaient en montant les degrés du Temple, quand ils arrivaient en pèlerinage à Jérusalem (Ps 119 à 133). Dans la liturgie romaine, on chante ces Psaumes graduels, ou d’autres, entre les lectures de l’épître et de l’évangile.
_"V" pour "varia" : sleon le moment liturgique, on peut varier les psaumes ou les oraisons.
_"Scdm ..." pour "secundum ..." : litéralement selon intel , cela indique l'évangile d'où est tirée la lecture.


Les fragments concernés comportent :
inv. 959 garde supérieure, page de gauche : la fin de la messe de Noël et la messe de saint Étienne
inv. 959 garde supérieure, page de droite : la messe de l’épiphanie
--------------
inv. 959 garde inférieure, page de droite : la messe de Noël
inv. 959 garde inférieure, page de droite : le premier dimanche de l'Avent
____________________________________
inv. 960 garde supérieure, page de gauche : 2e messe du dimanche de pentecôte
inv. 960 garde supérieure, page de droite : le 3e dimanche après la pentecôte et
____________________________________
inv. 962 garde supérieure, page de gauche : l'office de l'invention de la croix (3 mai)
inv. 962 garde supérieure, page de droite : le 3e dimanche après l'octave de la pentecôte
--------------
inv. 962 garde inférieure, page de gauche : saint Vital (le 4 des calendes de mai soit le 28 avril) et saints Philippe et Jacques (le jour des calendes de main soit le 1er mai)
inv. 962 garde inférieure, page de droite : saints Gervais et Protais (19 juin) et la Vigile de la nativité de saint Jean-Baptiste (23 juin)
_____________________________________

inv. 963 garde supérieure recto, page de gauche :
inv. 963 garde supérieure recto, page de droite : saint Urbain (le 8 des calendes de Juin soit le 23 mai), saint Nicomède (le jour des calendes de juin donc le 1er juin), saint Pierre et Marcelin (le 4 des nones de juin soit le 2 juin), Prime et Félicien (le 5 des ides de juin soit le 8 juin)
--------------
inv. 963 garde supérieure verso, page de gauche : suite de Prime et Félicien et saints Basilide, Cyrinus, Nabor et Nazaire (le 2 des ides de juin soit le 11 juin) , saint Vitus (le 17 des calendes de juillet soit le 23 juin)
inv. 963 garde supérieure verso, page de droite : saints Marc et Marcellianus (le 14 des calendes de juillet soit le 17 juin), saint Liévin (élévation des reliques le 27 juin)
--------------
inv. 963 garde inférieure, page de gauche : saint Nérée et Achillée (le 12 mai), la dédicace de l'église Sainte-Marie-aux-Martyrs (le 3 des ides de mai soit le 12 mai)
inv. 963 garde inférieure, page de droite : le 1er vendredi après la Pentecôte

RELIURES
Les quatre volumes présentent des reliures identiques : ais de bois biseautés, veau brun estampé à froid d'un décor de triples filets dessinant des losanges et de petits fers, filets à froid sur les chants, vestiges de fermoirs, contre agrafes et cornières de laiton, contrecollées en parchemin de remploi, dos à 5 nerfs.

PROVENANCE
Ces fragments sont utilisés comme gardes contrecollées dans les inv. 959-960, 962 et 962, respectivement :
n° 259_Digestum vetus, argumentum copiosum digesti veteris / Justinien.- Lyon ; (Angers) ; (Orléans) ; (Paris) : [Romain Morin] : Charles de Bougne : Jacques Houys : Jean Petit, 1524 ([Jacques I Mareschal]).- [3] CCCCLIIII [12] ff ; in-2. USTC REFERENCE NO: 155609 (?)
n° 260_Digestum novum : copiosum argumentum digesti novi denuo castigati / Justinien.- Lyon ; [Angers] ; [Orléans] ; [Paris] : Jean Petit : Charles de Bougne : Jacques Hoys : [Romain Morin], 1524 ([Jacques I Mareschal]).- ff. [2] CCCC [8] ; in-2. USTC REFERENCE NO: 184396
n° 262_Volumen. Argumentum copiosum voluminis : Approbationes et reprobationes glosarum secundum opinionem variorum doctorum.- Lyon ; (Angers) ; (Orléans) ; (Paris) : Jean I Petit : Jacobi Houys : Charles de Bougne : [Romain Morin], 1524 ([Jacques I Mareschal]).- 3 part. en 1 vol. [6] CIII, LXIIII, XXXIX [1bl] ff ; in-2. proche de l'USTC REFERENCE NO: 200098
n° 263_Inforciatum : Argumentum amplissimum Inforciati / Justinien.- Lyon ; (Angers) ; (Orléans) ; (Paris) : [Romain Morin] : Charles de Bougne : Jacques Houys : Jean Petit, 1525 ([Jacques I Mareschal]).- ff. [8] CXV [1] [6] CIIII LXIIII XXXXIX [1] c. ; in-2. USTC REFERENCE NO: 184393

Ces ouvrages portent, en outre, la mention "Bibliothecae Seminarÿ Audomar.", inscrite à l'encre sur la page de titre.

Pour ce qui est des gardes manuscrites, déterminer leur provenance est plus difficile.
Nous ne savons pas si ces quatre volumes ont été achetés reliés à ou s'ils ont été reliés plus tard.
Par ailleurs, même s'ils avaient été reliés dans la ville du libraire, cela ne nous aiderait pas car ces volumes étaient vendus en trois endroits différents... impossible donc de savoir s'ils ont été achetés à Angers, Orléans ou Paris...

Enfin, dans la mesure ou l'ouvrage est fragmentaire, il est difficile de déterminer un usage.
Toutefois, on notera la présence de saint Liévin, évêque de Gand et un des évangélisateurs des Flandres, qui tend à pointer vers une origine locale pour ces fragments, d'autant que les reliures présentent des caractéristiques que l'on retrouve sur plusieurs autres imprimés audomarois venant, soit du séminaire épiscopal, soit de la bibliothèque du chapitre soit de Saint-Bertin, ce qui suggère, là encore, une origine locale pour ces reliures et les fragments qu'elles contiennent. La date de la saint Liévin est notamment située en Juin, or il ne s'agit pas de la date de son martyr, qui est fêté le 12 novembre, mais de l'élévation de ses reliques en la ville de Gand... ce qui suggère une origine gantoise pour nos fragments.

Cote / N° Inv.
inv. 259
inv. 260
inv. 262
inv. 263
Provenance
Séminaire épiscopal (Saint-Omer)
Période
11e siècle
Date de début
1050
Date de fin
1099
Type de document
Manuscrit
Reliure ancienne
Collection
Imprimés anciens > Livres après 1500
Droits
dommaine public

Permalien
http://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/18698