Bible, Ancien Testament


Titre latin
Biblia sacra, Vetus Testamentum (Pentateuchus, Josue, Judices, Ruth, Regum libri quatuor, Paralipomenon libri duo)
Versus Theodulfi
Epistola sancti Ieronimi ad Paulinum presbiterium de omnibus divinis historie libris
Prologus sancti Ieronimi in pentateuchos ad Desiderium

Grand in folio de 192 feuillets de parchemin, inscrits sur deux colonnes de 44 lignes d'une réglure à la mine de plomb. L'écriture est une belle textualis régulière, possiblement d'une seule main.

CONTENU
Premier volume de ce qui devait être une Bible géante complète, contenant : Pentateuque, Josué, Judith, Ruth, les quatre Livres des Rois et les deux Paralipomènes.
1°_f. 1v : préface en vers composée par Théodulfe d'Orléans, ici mutilée de la fin.
2°_f. 2-3 : lettre 53 de Jérôme de Stridon à Paulin, prêtre, sur l'étude de l'Écriture sainte. Cette lettre est traditionnellement employée comme préface à la Vulgate.
3°_f. 3a-4a : préface de Jérôme de Stridon au Pentateuque.

S'ensuivent les quatorze premiers livres de la Bible selon la Vulgate, souvent précédé de leur préface par Jérôme:
1. Genèse
2. Exode
3. Lévitique
4. Nombres
5. Deutéronome
6. Livre de Josué
7. Livre des Juges
8. Livre de Ruth
9. Livre I des Rois ou Samuel
10. Livre II des Rois ou Samuel
11. Livre III des Rois
12. Livre IV des Rois
13. Livre I des Chroniques ou Paralipomènes
14. Livre II des Chroniques ou Paralipomènes

DÉCOR
Ce volume était à l'origine richement décoré de grandes lettres historiées au début de chaque prologue et de chacun des livres bibliques. Mais la majorité d'entre elles ont été découpées. Il n'en reste plus à ce jour que sept à ce jour.
f. 122v : lettre I historiée pour le livre de Ruth
f. 125 : lettre F historiée pour le premier Livre des Rois
f. 139v. : lettre F historiée pour le second Livre des Rois
f. f. 151 : lettre E ornée pour le troisième Livre des Rois
f. 165 : lettre P historiée pour le quatrième Livre des Rois
f. 177 : lettre E ornée de rinceaux pour le prologue de Jérôme aux premiers Paralipomènes.
f. 187 : lettre C ornée de rinceaux pour les seconds Paralipomènes

Le style du décor principal se retrouve dans plusieurs autres manuscrits produits dans le scriptorium de Saint-Bertin, dont l'exemplaire de La Cité de Dieu d'Augustin conservé à Boulogne-sur-mer, BM, ms. 53.
Ce peintre fut probablement un disciple de l’enlumineur des Évangiles d'Hénin-Liétard (Boulogne-sur-Mer, BM, ms. 14).
Il témoigne d'une influence encore assez forte des derniers feux de l'art ottonien : hiératisme byzantinisant, couleurs saturées. On pressent aussi, dans le goût pour les drapés moulants et les modelés dessinés par les ombres, une influence de l'art du sud-est de l'Angleterre, que l'on trouve dans la Bible de Bury vers 1135 (Oxford, Corpus Christy College, ms. 2) et la Bible de Lambeth vers 1140-1150 (Londres, Lambeth Palace Library, ms. 3).
Si son dessin manque parfois de souplesse, c'est en revanche un bon coloriste qui affectionne les contrastes tranchés et les tons saturés et profonds. Il semble peu a l'aise avec les figures humaines qui sont peu nombreuses dans son œuvre. Il leur préfère visiblement les décor floraux, dont il orne ses grandes initiales. Il développe un vocabulaire de rinceaux, de palmettes et de boutons floraux, qui évoquent des iris ou des pensées. On retrouve aussi par endroits le motif de tête de lion d'où sortent des rinceaux, caractéristique du style 1200.

Le F du folio 139v. est de la main d'un autre artiste, un dessinateur qui n'a pas coloré son dessin. Mais il a simplement utilisé de l'encre rouge pour dessiner les vêtements et les différencier du corps des personnages. C'est probablement le même artiste qui a peint l'initiale historiée des Homélies d'Origène (Saint-Omer, Ba, ms. 34), l’ascension de l'âme de saint Lambert au premier feuillet du ms. 46 de la Bibliothèque de Boulogne-sur-Mer, et des scènes de la Vie de saint Winnoc de la Bibliothèque de Bergues (ms. 19).
Son style est influencé par l'enluminure anglo-normande de cette même époque, qui affectionne le dessin au trait coloré, rehaussé de délicats lavis, peu couvrants, qui créent de légères ombres pour renforcer le dessin des drapés. Ainsi que les lettres en espalier, qui sont une réminiscence de l'art de l'école carolingienne de Winchester.

Les autres divisions du texte sont marquées par des lettres de couleur, rouges, bleues, vertes ou pourpres,, dont certaines sont agrémentés de fin rinceaux apparentant au style aux protofiligranes.

ICONOGRAPHIE
Il reste donc quatre lettres historiées dans ce manuscrit.

Le I de l'incipit du livre de Ruth représente un homme en buste tenant une épée dans la main droite, dont la lame repose sur son épaule. Il s'agit très vraisemblablement de la figure de Booz, dont les représentations médiévale sont rares. Il est le second époux de Ruth, dont il a racheté les biens et la terre, ainsi que ceux de sa belle-mère Noémie. Booz et Ruth ont un fils, Obed, qui sera le père de Jessé, lui-même père du roi David.
Le nom de Booz est interprété comme signifiant : "en lui la force", qui peut expliquer l'attribut de l'épée. Booz, qui pardonne à Ruth d'avoir glané sans permission dans son champ en reconnaissance de la bienveillance et de la la loyauté qu'elle a montré pour sa belle-mère, est aussi parfois interprété comme une figure du juste. cela peut également expliquer la présence de l'épée, un des symboles de la Justice, comme le montre la Bible de Saint-Thierry (f. 18), produite à l'abbaye de Saint-Thierry de Reims dans le premier quart du XIIe siècle, où le livre de la Sagesse est illustré par une allégorie de la justice figurée comme une femme armée d'une épée.

Dans le F du premier Livre des Rois sont figurés Elchana, le père du prophète Samuel, assis entre ses deux femmes, Phenenna et Anna. La première a beaucoup d’enfants (ses nombreuses filles sont représentées dans les quatre médaillons placés sur la hast de la lettre), tandis qu’Anna reste stérile, jusqu’au jour où Dieu lui accorde d’avoir un fils. Celui-ci est figuré dans le médaillon placé sur sa poitrine, c’est le futur Samuel. La scène illustre précisément la première phrase du second paragraphe (1 S I-4) : "Le jour où Elchana offrait son sacrifice, il donnait des portions à sa femme Peninna et à tous les fils et à toutes les filles qu'il avait d'elle. Mais à Anne, il donnait une portion double, car il l'aimait, même si L’Éternel l'avait rendue stérile". Les sphères dorées tenues par Elchana, sont donc vraisemblablement des parts du sacrifice offert à Dieu, qui est figuré au-dessus du groupe.

Le F du second Livre des Rois est illustré par la tristesse de David pleurant la mort de son amant Jonathan et du père de ce dernier le roi Saul. David, apprenant la nouvelle, se lève de son siège et arrache ses vêtements. Devant lui se trouve le serviteur amalécite du roi Saul, à qui ce dernier a demandé de le tuer, et qui présente à David le diadème du roi défunt. Derrière le messager de Saul se trouve un autre serviteur qui tire son épée. Il s’apprête a mettre à mort le serviteur régicide, sur l'ordre de David, pour avoir été l'instrument de l'oint du Seigneur.

Le P du quatrième Livre des Rois comprend un médaillon dans la hampe de la lettre, où est figuré le prophète Malachie, considéré comme l'auteur des livres des Rois.

RELIURE
Refaite au XVIIe ou au XVIIIe siècle : ais de bois couverts de veau brun tacheté, tranches jaspées, dos à 8 nerfs, palettes dorées sur les coiffes et les nerfs, caissons fleuronnés

PROVENANCE
Le volume porte l'ex-libris armorié de Mommelin le Riche (abbé de Saint-Bertin, 1706-1723) collé au contreplat supérieur. On y trouve aussi un ex-libris de Saint-Bertin au premier feuillet.
On y trouve également de nombreuses annotations marginales des XIIIe-XVI siècles, et des essais de plume (f. 161v) : f. 118v : "Omnibus adde modum, modus est pulcherrima virtus", c'est une citation de Sénèque ; f. 60 : "his duo notavi que non possunt renotavi / virginitas, tempus, verbum, viridisque iuventa" ; f. 139 : "O quam terribilis est locus iste non est hic aliud, nisi domus Dei..." extrait de la Genèse XXVIII, 17 ; f. 161 : "III° nonas aprilis legit Johanne".
Quant au recto du premier feuillet, outre de contenir deux fois la liste des livres bibliques présents dans le volume, il est couvert de notes et de petits dessins, dont celui d'un moine vu de profil et accompagné de la mention "frater Johannes", peut-être le même qui qui a "lu" le volume le 3 des nones d'Avril.

BIBLIOGRAPHIE

A. Catalogues d’exposition

_Art du Moyen Âge en Artois (L’), Arras, 1951, cat. 28-29, p. 51.

_Byzance et la France médiévale : manuscrits à peintures du IIe au XVIe siècle, Paris, 1958.

_CORDONNIER, Rémy, Splendeurs et Lumières des bibliothèques ecclésiastiques audomaroises au Moyen Âge (IXe-XVe s.), Arques, Gallet, 2013, p. 5 et cat. 5, p. 8.

_Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT-CNRS), «Notice de Saint-Omer, Bibliothèque d'agglomération de Saint-Omer, 1», dans Stutzmann Dominique (dir.), Saint-Bertin : centre culturel du VIIe au XVIIIe siècle, 2016. Consultation du 27/06/2018.

_STUTZMANN, Dominique (dir.), Jeux de mains. Portraits de scribes dans les manuscrits de la Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer, Saint-Omer, BASO-CASO, 2015, cat. 1, p. 6

C. Bibliographie générale

_BOUTEMY, André, « La Miniature », dans E. Moreau, dir., Histoire de l’Église en Belgique, II, 2e éd., p. 311-361 (ici p. 347).

_BOUTEMY, André, Un trésor injustement oublié: les manuscrits enluminés du Nord de la France (période pré-gothique) Scriptorium 3(1949), p. 110-120

_CAHN Walter, Romanesque Manuscripts. the Twelfth Century (A survey of manuscripts illuminated in France, 2 vol.), Londres, Harvey Miller, 1996 (cat. 115, p. 137-138, I 24, 26, II: 135, 137, 139)

_SMEYERS M., Flemish miniatures: from the 8th to the mid-16th century, Turnhout, 1999.

Auteur
Jérôme de Stridon (347/8-419/20)
Théodulf d'Orléans (vers 750-821)
Cote / N° Inv.
Ms. 001
Provenance
Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer) > Mommelin le Riche (abbé de Saint-Bertin, 1706-1723)
Type de document
Enluminure
Manuscrit
Ex-libris
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
http://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/18763