Bible


Titre long
Second volume de la Vulgate latine, comprenant les livres bibliques depuis Isaïe jusqu'à l'Apocalypse
Titre latin
Biblia sacra tomus secundus

Volume de 532 feuillets de parchemin, inscrits sur trois colonnes de 33 lignes pour le texte principal et de 77 lignes pour la glose, d'une réglure tracées à la mine de plomb. L'écriture est une belle textualis régulière.

CONTENU
Le texte de la vulgate est ici enrichi des prologues de Jérôme de Stridon pour les différents livres bibliques et d'une riche glose marginale.
Cette Bible est conçue pour être compacte et facilement transportable.
Il manque la première partie de la bible, le volume comprend l’ensemble des
livres prophétiques, les deux livres des Macchabées et tout le Nouveau
Testament. Mais tous les livres présents sont accompagnés d’une
abondante glose, répartie autour du texte biblique lui-même. Le texte
est chargé d’abréviation et d’éléments rubriqués (en rouge) pour faciliter
le repérage sur ces pages extrêmement denses.
au début du volume se trouvent trois feuillets d'une autre main, avec un texte non identifié sur les différents sens de l'Ecriture.

DÉCOR
Le décor de ce manuscrit est constitué d'initiales historiées pour chacun des livres bibliques, d’initiales à antennes, ornées de rinceaux et habitées de serpents pour les incipits des gloses et des prologues, et d'initiales filigranées pour les divisions secondaires.
Les chapitres bibliques sont indiqués par des chiffres romains en rouge et bleu. Les titres courants sont également en rouge et bleu et on observe de nombreux soulignements en rouge.
Le style du décor et la mise en page son typiques de la production parisienne du milieu du XIIIe siècle. Le style de l'enluminure est encore très graphique avec un cerne épais et une palette relativement réduite où dominent les tons saturés : rose, bleu,ocre brun et rouge carmin, avec des treillis d’or sur des fonds abstraits.

ICONOGRAPHIE
L'iconographie très riche de ce manuscrit est constituée par les initiales historiées qui illustrent chaque livre de l'Ancien Testament soit par une scène figurant le principal protagoniste dans son action la plus emblématique.

_f. 1, livre d'Isaïe : martyre d'Ysaïe. Ce dernier prédit que le roi de Juda, Manassé, sera un serviteur du diable et qu'il va supplicier le prophète. Le roi devient effectivement mauvais, et Béchirra, un faux prophète jaloux, le convainc de mettre à mort Isaïe. Ce dernier est scié au moyen d’une planche à bois.

_f. 50, Livre de Jérémie : le prophète, assis, tenant un phylactère dans la main droite, symbole de sa parole, désigne un vase de l'autre en regardant vers le visage de Dieu qui sort d'une nuée. Il s'agit vraisemblablement d'un illustration de Jérémie XVIII, 2-6, ou la parabole du potier : "Lève-toi, et descends dans la maison du potier; Là, je te ferai entendre mes paroles. Je descendis dans la maison du potier, Et voici, il travaillait sur un tour. Le vase qu'il faisait ne réussit pas, Comme il arrive à l'argile dans la main du potier; Il en refit un autre vase, Tel qu'il trouva bon de le faire. Et la parole de l'Éternel me fut adressée, en ces mots:"Ne puis-je pas agir envers vous comme ce potier, maison d'Israël? Dit l'Éternel. Voici, comme l'argile est dans la main du potier, Ainsi vous êtes dans ma main, maison d'Israël!"

_f. 88v. Livre des Lamentations de Jérémie : Le prophète, est assis en contemplation devant une ville, illustrant le premier verset : " Eh quoi! elle est assise solitaire, cette ville si peuplée! Elle est semblable à une veuve! Grande entre les nations, souveraine parmi les états, Elle est réduite à la servitude!"

_f. 108v. Livre de Baruch : le prophète est assis à son écritoire

_f. 115v. Livre d’Ézéchiel : illustration du songe d’Ézéchiel avec les quatre vivants (Ez. I, 1-10).

_f. 165 Livre de Daniel : Daniel dans la fosse aux lions (Dan. VI, 2-29).

_f. 179v. : Livre d'Osée. Le prophète, coiffé du pileus cornutus, est debout, main droite tendue paume ouverte vers le haut dans le signe de l'acceptation. Face à lui la face de Dieu émerges d'une nuée, au dessus d'une source sourdant d'un rocher. L'iconographie d'Osée est assez are et peu conventionnelle. Il pourrait s'agir de l’illustration d'Osée XIII, 15 : "Éphraïm a beau être fertile au milieu de ses frères, Le vent d'orient viendra, le vent de l'Éternel s'élèvera du désert, Desséchera ses sources, tarira ses fontaines. On pillera le trésor de tous les objets précieux".

_f. 187v. Livre de Joël : Le prophète est debout et montre du doigt la face de dieu sortant d'une nuée placée au-dessus d'un arbuste. Il est difficile là aussis d'identifier le passage précis, car le livre de Joel annonce nombre de plaies dont plusieurs concernent les ravages causés par des sauterelles ou autre plaies sur les récoltes d'Israël. I, 7 " Il a dévasté ma vigne; Il a mis en morceaux mon figuier, Il l'a dépouillé, abattu; Les rameaux de la vigne ont blanchi." ; I, 12 : "La vigne est confuse, Le figuier languissant; Le grenadier, le palmier, le pommier, Tous les arbres des champs sont flétris... La joie a cessé parmi les fils de l'homme!" ; I, 17 : "Les semences ont séché sous les mottes; Les greniers sont vides, Les magasins sont en ruines, Car il n'y a point de blé."

_f. 190 Livre d'Amos : Le prophète est debout et montre du doigt la face de dieu sortant d'une nuée placée au-dessus d'une plante. Très similaire à l'illustration du livre de Joël, la problématique d’identification est la même, peut-être s'inspire-t-elle d'Amos VII, 1-2 : Le Seigneur, l'Éternel, m'envoya cette vision. Voici, il formait des sauterelles, Au moment où le regain commençait à croître; C'était le regain après la coupe du roi. Et comme elles dévoraient entièrement l'herbe de la terre, Je dis: Seigneur Éternel, pardonne donc! Comment Jacob subsistera-t-il? Car il est si faible!" ; ou Amos IX, 14-15 : " Je ramènerai les captifs de mon peuple d'Israël; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, Ils planteront des vignes et en boiront le vin, Ils établiront des jardins et en mangeront les fruits. Je les planterai dans leur pays, Et ils ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné, Dit L'Éternel, ton Dieu."

_f. 195v. Livre d’Abdias : Le prophète est debout et montre du doigt la face de dieu sortant d'une nuée placée au-dessus d'une plante. Iconographie répétitive s'il en est, il semble que l'enlumineur ait repris systématiquement ce modèle pour les livres dont la tradition iconographique est peu diffusée. Cette hypothèse est corroborée par le fait que le court livre d'Amos ne comprend aucune mention de végétaux, à l'exception du chaume de la maison de Joseph (Amos, I, 18).

_f. 196v. Livre de Jonas : l'illustration repend la traditionnelle scène de Jonas recraché par la baleine, d'après Jonas II, 11.

_f. 198 Livre de Michée : Le prophète est debout main tendue vers un couple de juifs dont l'un fait le geste de l'acceptation, main ouverte devant la poitrine. Il s'agit surement d'une illustration de l’allocution liminaire du prophète Michée I, 2 : "Écoutez, vous tous, peuples! Sois attentive, terre, et ce qui est en toi! Que le Seigneur, l'Éternel, soit témoin contre vous, Le Seigneur qui est dans le palais de sa sainteté!"

_f. 202 Livre de Nahum : le prophète est simplement montré assis avec un phylactère dans la main gauche et faisant le signe de la main parlante de la main droite.

_f. 204v. Livre d'Habacuc : la scène illustre bien une scène de la vie du prophète, amis qui n'est pas mentionnée dans son livre. Il s’agit d'un épisode relaté dans le livre de Daniel XIV, 33-39 : " Il y avait alors en Judée le prophète Habacuc. Il venait de faire cuire une bouillie et de mettre des petits morceaux de pain dans une corbeille, pour aller les porter aux moissonneurs dans les champs. L’ange du Seigneur dit à Habacuc : « Le repas que tu tiens, porte-le à Babylone, à Daniel, dans la fosse aux lions. » Habacuc dit : « Seigneur, je n’ai jamais vu Babylone et je ne connais pas la fosse. » L’ange du Seigneur le saisit par le sommet de la tête, le porta par les cheveux et, dans la violence de son souffle, le déposa à Babylone au-dessus de la fosse. Habacuc cria : « Daniel, Daniel, prends le repas que Dieu t’envoie ! » Daniel dit alors : « Tu t’es souvenu de moi, mon Dieu ; tu n’abandonnes pas ceux qui t’aiment. » Il se leva et mangea. L’ange de Dieu ramena aussitôt Habacuc à l’endroit d’où il venait."

_f. 206v. Livre de Sophonie : le prophète est simplement montré assis avec un phylactère dans la main gauche, la main droite posée sur sa cuisse.

_f. 209 Livre d’Aggée : Le prophète est debout sous un dais architecturé, il déroule un phylactère de ses mains et foule aux pieds un serpent.

_f. 210v. Livre de Zacharie : Le prophète est debout sous un dais architecturé, il tient un codex dans les mains et foule aux pieds un serpent.

_f. 218. Livre de Malachie : le prophète est montré assis avec un phylactère dans les mains.

_f. 221v. 1er Livre des Macchabée : la scène montre un roi devant lequel se tient un personnage tenant une épée de la main droite, tandis que sa main gauche est posée sur la tête d'un autre personnage agenouillé tenant une hure sur un plateau. Cette scène rare illustre très certainement Macc. I 44-49 : "Le roi envoya également à Jérusalem et aux villes de Juda des émissaires, avec des lettres qui leur prescrivaient de suivre des coutumes étrangères à leur pays. Ils devaient bannir du sanctuaire holocaustes, sacrifice et libation, profaner les sabbats et les fêtes, souiller le sanctuaire et les fidèles, élever des autels, des lieux de culte et des idoles, offrir en sacrifice des porcs et d’autres animaux impurs. Ils devaient laisser leurs fils incirconcis et se rendre eux-mêmes abominables par toutes sortes de pratiques impures et de profanations, de manière à oublier la Loi et à changer toutes les observances. Quiconque n’agirait pas selon l’ordre du roi serait mis à mort."

_f. 241 second Livre des Macchabée : un roi donne un acte scellé à un homme muni d'un bâton de marche. Il pourrait s'agir de l'illustration de II Maccab. III, 7-8 : "Le roi désigna Héliodore, qui était à la tête de ses affaires. Il l’envoya avec l’ordre de procéder à l’enlèvement des richesses indiquées. Aussitôt, Héliodore fit le voyage, officiellement pour visiter les villes de Cœlé-Syrie et de Phénicie, mais en fait pour exécuter le mandat du roi."

PROVENANCE
Ancienne cote de Saint-Bertin.

RELIURE
Reliure refaite au XVIIIe en veau brun jaspé, tranches jaspées Dos à 5 nerfs, caissons fleuronnés, titre doré sur les deux premiers caissons : BIBLIA SACRA TOM II.

BIBLIOGRAPHIE

A. Catalogues d’exposition

_CORDONNIER, R., La Bible dans tous ses états, Saint-Omer, BAPSO, 2018

C. Bibliographie générale

_STAATS, Sarah, “A partial reconstruction of Saint-Bertin's late-eleventh-century legendary : Saint-Omer 715, vol. I and its membra disiecta”, Scriptorium, 52, 1998, 2, p. 349-364.

_«Notice de Saint-Omer, Bibliothèque d'agglomération de Saint-Omer, 4», dans Stutzmann Dominique (dir.), Saint-Bertin : centre culturel du VIIe au XVIIIe siècle, 2016. Consultation du 08/08/2018.

Contributeur
Jérôme de Stridon (347/8-419/20)
Cote / N° Inv.
Ms. 004
Provenance
Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Cote ancienne
178 (Saint-Bertin)
Période
13e siècle
Date
1230
Date de fin
1250
Type de document
Enluminure
Manuscrit
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Saint-Bertin (Saint-Omer)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/18775