Bible, Ancien Testament


Titre long
Proverbes, Ecclésiaste, Sagesse, Ecclésiastique, Job, Tobie, Judith, Esther, Esdras, Maccabées.
Titre latin
Vetus Testamentum

Volume de 223 feuillets de parchemin (dont deux contrecollées décollées) inscrits à longues lignes sur 30 lignes d'une réglure à la mine de plomb.
Comme les manuscrits 17 et 19, ce volume a été réparé en partie avec des fragments d'un manuscrit à pecia de Clairmarais du XIIIe s. contenant le commentaire de Pierre de Tarentaise sur les Sentences (Destrez note trois indications de pecia dans les marges des fragments collés à la plupart des feuillets dont celui du f. 1 lOv, « viii. pe. »).
L'écriture est une textualis de plusieurs mains d'origine anglais et continentale.

CONTENU
Ce volume, contient les livres deutérocanoniques ainsi que les Proverbes de l’Ecclésiaste et d’Esdras, qui appartiennent aux Hagiographes du canon hébraïque.Accompagnées de leurs prologues respectifs.
F. lr-22r : Proverbes.
F. 22r-29r : Ecclésiaste .
F. 29r-32v : Cantiques des Cantiques.
F. 32v-47v : Sagesse.
F. 47v-90r : Siracide RB 26.
F. 90v-117v : Job + add. « Fuerunt ergo omnes anni uite eius ducenti quadraginta octo... (cf. Isidore de Séville, De Ortu et Obitu patrum, cap. 38 : éd. PL 83,136) + « Et ex hoc apparet eum quintum ab Abraham » + « lob exemplar patientie... /...Reposita est hec spes mea in sino meo» (Hieronymus, Ep. 53, qui se termine par le texte de Job, 19, 25-27 : éd. PL 22, 545 ; même addition dans Paris, BNF, lat. 12(1)).
F. 118r-126v: Tobie RB 17.
F. 126v-137r : Judite.
F. 137r-148r : Esthère.
F. 148r-173r : Esdras.
F. 173r-220 : Maccabées6.
F. 220v-221 \:Psaumes 1 à 8.
[F. 222rv (garde) : Fragment d'un lectionnaire : Gn. 27, 33 à 29, 20.]

La rubrique finale des Proverbes, l’Ecclésiaste, la Sagesse, L’Ecclésiastique et Tobie donne le nombre de «versus», mais les indications stichométriques sont soit exponctuées (Sagesse), soit rayées (Tobie).
Aux f. 89v-90r. la mention marginale « va-cat » est placée en face de la prière de Salomon qui termine le livre de l’Ecclésiastique.
On note enfin, pour le livre d'Ezras uniquement, une transcription littérale systématique des chiffres romains.

DÉCOR
Le décor est constitué de grandes lettres ornées de protofiligranes et souvent émenchées pour chaque début de livre biblique, avec une emphase particulière pour le livre des Proverbes où la haste du P (f. 2v.) occupe toute la hauteur de la page. Les initiales secondaires sont de simples lettres de couleur alternativement : vertes, vermillon, bleues, moutarde.
On distingue au moins deux interventions différentes, un enlumineur anglais, et un "français".
Le style de l’artiste anglais est celui qui s'inspire des profiligranes que l'on retrouve en nombre dans la production de Saint-Bertin dans la seconde moitié du XIIe siècle.
L'artiste français favorise des motifs imbriqués, ramassés autour du cadre de la lettre (f. 118r, C; 125v, M; 137v, L; 185v, B). Un 3e type d’initiale, plus modeste, utilise un petit fleuron qui rappelle celui qui ornait les angles des miniatures carolingiennes, par exemple, le E du f. 185r.
On remarques aussi deux petits croquis à la mine de plomb au f. lOv marge inf. : joueur de trompette longue et recourbée et, au f. 27v, un paon.

RELIURE
Reliure du XVIe siècle sur ais de bois en veau marron clair; sur les plats, estampage à froid d’un double encadrement à triple filet, diagonales marquées d’un triple filet ; nerfs saillants ; l’intérieur de chaque ais est peint de façon peu soignée de bandes horizontales, et l’entrée des quatre doubles nerfs dans l'ais est tout à fait visible. Dos refait, cahiers renforcés par des bandes de papier ou de parchemin pliées verticalement.

PROVENANCE
Ce volume provient de l’abbaye de Clairmarais.
Ex-libris du 1er quart du XIIIe s. à la suite de la rubr. au f. 220r: « Liber s(an)c(t)e marie de claromaResch ».
Un autre, sur le f. avant la contregarde inférieure, d’une cursive du xve-xvie s. de petit module, à l'encre brune : «Liber sancte marie de claromaresco. Siquis abstulerit, anathema sit» et (de la même main?): « L’homme ne vault non plus qu’il se faict valloir ». En dessous: « Si sapientia; si prudentia et pulchritudo tibi detur / Sola superbia destruit omnia si dominetur ». Cet ex-libris est précédé de « Mathieu... ».
Annotation au f. 220r : « 1559 Alternis uti delectabile //Taillis// ». Louis du Taillis était prieur de Clairmarais en 1558 (cf. mss 33, 86, 709).

BIBLIOGRAPHIE
_Destre, J., Dossiers et carnets: dépouillement des manuscrits conservant des indications de pecia ou non, plus une courte descritpion de chaque volume, dossier St-Omer, ¨Paris, bibliothèque du Saulchoir (non publié).
_Staats, Sarah, Le catalogue médiévale de l’abbaye cistercienne de Clairmarais et les manuscrits conservés, Paris, CNRS éditions, 2016, p. 113-114.
_


Auteur
Jérôme de Stridon, saint (345-420)
Cote / N° Inv.
Ms. 041
Provenance
Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Période
12e siècle
Date de début
1180
Date de fin
1200
Type de document
Enluminure
Ex-libris
Manuscrit
Reliure ancienne
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
http://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/18841