Explication de l’évangile selon Luc


Titre latin
Venerabilis Beda in evangelium Luca libri 6

Volume de 177 feuillets de parchemin, inscrits sur deux colonnes de 34 lignes d'une réglure à la mine de plomb. L'écriture est une textualis régulière.

CONTENU
Il s'agit d'une belle copie du commentaire de Bède le vénérable sur l'évangile selon Luc.
Il est le témoin de la naissance d'une véritable Église anglo-saxonne sur l'île de Bretagne. Cette Église, reconnue par Rome et soutenue par le siège apostolique face à l'Église écossaise, surtout depuis le synode de Whitby en 664, est devenue au temps de Bède une pépinière de missionnaires qui partent sur le continent pour évangéliser les Frisons et les Saxons. Bède est envoyé dès ses sept ans au monastère de Wearmouth (Northumbrie) avant de rejoindre ensuite celui de Jarrow où il passe le reste de sa vie à écrire et y acquiert une connaissance encyclopédique. Il est considéré comme un des plus remarquables représentant de la culture du Haut Moyen Âge.
On trouve à plusieurs endroits, marqués par des signets, des notes manuscrites du XVIIe, qui ressemblent très fortement à l'écriture de Guillaume de Whitte, historiographe de Saint-Bertin.

DÉCOR
Le décor de ce manuscrit est typiquement cistercien. Il est constitué d'initiales monochromes vert et rouge et de quelques petites initiales bleues dans la table(ff. 4-6), de taille variable selon leur rôle et leur place dans la structuration du volume.
Les plus importante étant les initiales de début de livre qui sont les plus grandes et les plus travaillées :ornées de rinceaux, de palmettes et de protofiligranes. On note au f. 42v, pour le début du second livre, la présence d'une initiale rouge à filigrane vert.
Lorsque l’on se penche sur les différents textes qui ont affirmé la position des cisterciens envers l’art, on se rend compte que ces derniers opposaient un refus quasi catégorique à toute forme d’expression artistique. On en trouve la concrétisation dès la première collection des statuts de l’ordre de 1131. Dans ces textes, tout est fait pour limiter au maximum la présence d’objets d’art et le luxe dans les abbayes de l’ordre : « Dans nos églises ou dans un local d’office quelconque, nous interdisons que l’on se livre à l’art de la sculpture ou de la peinture ; il est rare, en effet, que l’on puisse s’appliquer à cela sans négliger la sainte méditation, sans finir par oublier le sérieux de la vie
religieuse. Nous admettons cependant les croix peintes en bois » (status cisterciens, collection. de 1131, stat. XX).
Une fois que Bernard eut énoncé la règle : « Les lettres devront être d’une seule couleur et non peinte » (Statuts cisterciens, LXXX), et que cette injonction eut été transmise dans les autres abbayes de l’ordre, la plupart des illustrations et ornements figuratifs furent supprimés des manuscrits. Cela a donné le troisième style de Cîteaux ou « style monochrome ». Ainsi que le précise Y. Zaluska : « la monochromie n’est pas un trait purement cistercien, mais les moines blancs sont les premiers à l’avoir érigée en doctrine et à en avoir fait une forme de la quête de Dieu ». Ce style va s’épanouir durant les années quarante du XIIe siècle, jusqu’à la fin du troisième quart de ce siècle, puis, très vite, il laisse de nouveau la place à un retour à l’iconographie foisonnante.

RELIURE
Refaite au XVIIe siècle : en ais de bois, couverts de veau brun estampé à froid d'un double encadrement de doubles filets, triples filets en croix dans le cadre intérieur, cornières de laiton, traces de boulons et de fenestrae. Filets à froid sur les nerfs, triples filets à froid en pieds de nerfs. Fragments d'un livre ancien imprimé (livre de dévotion, en français) utilisés dans le dos de la reliure. La garde contrecollée supérieur est un fragment de texte de droit extrait d'un manuscrit du XIIIe siècle).

PROVENANCE
Ex-libris de Clairmarais au dernier feuillet

BIBLIOGRAPHIE
_BONDEELLE-SOUCHIER, Anne, Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale. Répertoire des abbayes d'hommes, Paris, 1991, P. 84.
_STAATS, Sarah, Le catalogue médiéval de l'abbaye cistercienne de Clairmarais et les manuscrits conservés. Avec le concours de Caroline Heid et Donatella Nebbiai, et une contribution de Patricia Stirnemann, Paris : CNRS éditions, 2016, p. 92

Auteur
Bède le Vénérable, saint (0673?-0735)
Contributeur
Guillaume de Whitte, moie et historiographe de saint-Bertin (16..-1640)
Cote / N° Inv.
Ms. 0017
Provenance
Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Période
12e siècle
Date
1170
Date de fin
1199
Type de document
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Manuscrit > Garde contrecollée
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/21844