Commentaire des Psaumes


Titre latin
S. Augustinus enarrationes in Psalmos

Volume de 139 feuillets de parchemin, inscrits sur deux colonnes de 50 lignes d'un réglure à la pointe sèche. L'écriture est une belle caroline régulière mais de plusieurs mains.
On trouve les mêmes traces d'une ancienne foliotation (ff. 150-153) que dans le 1er tome avec un décalage de 250 folios (le folio 150 était folioté 400). Cela semble signifier que cette ancienne foliotation devait commencer par un premier volume de 250 ff. qui devait contenir le début des enarrationes jusqu'au psaume LXXII. La foliotation continuait sur l'actuelle 29, 2 avec un décalage de 250ff. et finissait sur le 29, 1 avec un décalage 403 ff. (250 + 153).

CONTENU
Si l'on remet la foliation dans le bon ordre, il s'agit de la seconde partie du commentaire sur les Psaumes d'Augustin d'Hippone, qui va du psaumes 72 à la moitié du Psaume 105. Le premier volume de cet ensemble est actuellement perdu.
L'œuvre de saint Augustin est colossale et touche à peu près à tous les domaines de la théologie et de la philosophie d'alors. Ses commentaires sur les psaumes ont vraisemblablement été dictés entre 392 et 422, et ils constituent son ouvrage le plus volumineux. C'est par ailleurs le seul commentaire de l'époque patristique qui couvre la totalité des psaumes. Augustin en fait une lecture essentiellement christologique. Selon lui, bien que les psaumes soient attribués au roi David, c'est le Christ qui, en tant que dieu omniscient et omniprésent, parle à travers lui.

DÉCOR
Le volume s'ouvre (f. 1v.) sur une grande initiale A, rehaussée de vert et de bistre, partiellement figurée par un serpent, et dont la haste se prolonge en un rinceau terminé par une palmette.
Les initiales secondaires sont le plus souvent simplement rubriquées, parfois agrémentées de rinceaux très sommaires, ou plus travaillées. C'est le cas du C du f. 90v., orné de rinceaux et d'une rosette, et dont les extrémités se terminent par une tête d'oiseau et une tête zoomorphe qui vomit un rinceau. Le h du f. 111, qui se termine par un protomé animal (les oreilles rondes suggèrent un ours) vomissant un rinceau. Le corps de la lettre est également orné de rinceaux.
Enfin, chaque incipit est inscrit en capitales rehaussées.
Ce décor est tout à fait caractéristique d'une série de manuscrits copiés pour Notre-Dame de Saint-Omer au début du XIe siècle, et qui présentent tous les mêmes caractéristiques codicologiques (mss: 2, 33, 187, 189, 194, 718, 775).

RELIURE
Refaite au XVIe siècle : mais de bois biseautés couverts de veau havane, décor à froid d'encadrement à la palette et à la roulette (vases à godrons et dents de rat), dos à 6 nerfs, caissons fleuronnés à froid, titre et tomaison dorés : *AVGST**ÏN**PSALMOS / TO*I*MS

PROVENANCE
Chapitre collégial puis cathédrale « Bibliotheca Sancti Audomari » aux ff. 1 et 132.

Auteur
Augustin d’Hippone (0354-0430)
Cote / N° Inv.
Ms. 0029
Tomaison
II
Provenance
Chapitre collégial (Saint-Omer)
Chapitre cathédral (Saint-Omer)
Période
11e siècle
Date
1020
Date de fin
1030
Type de document
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Chapitre cathédral (Saint-Omer)
Manuscrits > Chapitre collégial (Saint-Omer)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/21859