Somme des confesseurs


Titre latin
Summa Confessorum

Volume de 268 feuillets de parchemin, inscrits sur deux colonnes de 57 à 70 lignes d'une réglure à la mine de plomb. L'écriture est une textualis régulière, possiblement d'une seule main.
Ce volume a vraisemblablement été produit dans un atelier professionnel parisien, et il a été soigneusement relu et corrigé comme en témoigne les mentions "correctum est" que l'on trouve régulièrement à la fin des cahiers.
On y trouve aussi des indications de pecia transcrites en grands caractères, avec parfois le mot « pecia » en toutes lettres (VIIa pecia f. 14v, Xa pecia f. 21v, XIIIa pecia f. 28v, XVa pecia f. 33r, parmi d’autres) ; à partir du f. 104r, la mention est encadrée de rouge ; J. Destrez a constaté que le modèle parisien selon lequel ce texte se répartissait en 103 pièces était « déjà en circulation vers 1318-1326 », et datait ce ms. autour de 1330-1340.

CONTENU
Ce manuscrit contient une copie de la "Somme des confesseurs" de Jean le Saxon ou Jean de Fribourg dit aussi Jean le Lecteur, prieur du couvent des dominicains de Fribourg de 1280 à 1314.
Il s'agit d'une compilation thématique destinée à servir de source de références pour les prêcheurs de son ordre, mais qui a connu une large diffusion en dehors des cercles dominicains, comme en témoignent d’ailleurs les deux autres exemplaires de cette somme conservés à la Bibliothèque : mss 124 et 287 (Saint-Bertin).

DÉCOR
Ce volume est élégamment orné de pages à encadrement et marginalia, ainsi que de plusieurs niveaux de lettres ornées.
Chaque début de livre s'ouvre sur une page ornée d'un encadrement de baguettes, antennes et bouts-de-ligne à vigneture, animées par des marginalia.
L'initiale de début d'ouvrage est une grande lettre Q historiée, sur 8 lignes de réglure.
Le premier niveau de lettres ornées est constitué d’initiales à vigneture sur fond d'or, alternativement bleues ou parme, et rehaussées de blanc. Elle se prolongent dans la marge par des antennes et des rinceaux dont les extrémités prennent parfois la forme de petits serpents à tête léonine.
Le second niveau de lettres ornées est constitué par des initiales filigranées alternativement rouges et Bleues
Le style de ce décor évoque la production des ateliers parisiens du premier tiers du XIVe siècle. Cependant, on trouve aussi certaines éléments dans le style des figures humaines qui ne sont pas sans évoquer le style du ms. 174 de Saint-Omer, lui aussi exécuté pour Clairmarais (tel que le cerne noir des figures, le dessin des cheveux des personnages, ou encore les petites pointes de rouge sur les joues), qui nous invitent à pas exclure une réalisation plus locale.

ICONOGRAPHIE
L'initiale historiée du début du volume nous montre un prêcheur en chaire, admonestant un groupe de fidèles assis devant lui. Il a l'index de la main gauche levé en signe de commandement.
La foule assise devant lui témoigne de l’attention qu’elle porte au discours qui lui est fait par des gestes figurant l'introspection et la contrition (main posé sur la joue), l’acceptation (mains posé sur la poitrine), ou le refus (main pendant vers le bas en pronation).
On peut y voir soit une représentation de l’auteur du livre, qui était lui-même un frère prêcheur. Ou, plus vraisemblablement, une désignation de l’usage auquel est destiné le manuscrit : fournir de la matière aux sermons.
Autour du cadre de ce premier feuillets se trouvent de nombreuses figures marginales.
Sur le premier feuillet,juste à coté de la lettre historiée on peut voir un renard ayant capturé un oiseau. Un peu au dessus est figuré un gryllus (hybride fantastique) pourvu d'un arrière-train bestiale, coiffé d'un chapeau conique à visière et armé d'une épée et d'une rondache. Il est engagé dans un duel avec un autre hybride, armé de même, figuré dans la marge opposée. Dans l'angle supérieur droit, une femme, bras levés en posture d'orante, est attaquée par deux hybrides a tête de fauve. A coté est peint un oiseau qui ressemble à un martin pécheur au cou trop long.
Au milieu de la marge extérieure est figuré un hybride pourvu d'une tête humaine, d'un second visage à la place du fessier, d'une seule patte et d'une queue de fauve. Un autre hybride, aux caractéristiques similaires au précédent, est figuré en bas de la même marge.
Dans la marge inférieure, sur un fond arboré, un veneur souffle dans un cor pour exciter ses chiens engagés dans une chasse au lièvre et au cerf, tandis qu'à l'autre extrémité de la baguette, un hybride gambiste fait danser sa compagne.

Cette page est bien représentative des autres figures qui parsèment les pages de ce volume, mais signalons aussi une vache(?) à tête de femme (f. 40) ; un rapace nocturne au pied d'un arbre et un chien attaquant un échassier et des lapins (f. 42v.) ; un hybride a tête de lièvre et un oiseau a long bec (f. 85).

On trouve aussi, dans la marge de certains feuillets, des figures simplement dessinées à l'encre et qui n'ont pas été colorées. Certaines sont directement inspirées de motifs présents sur d'autres feuillets et s’apparente à des motifs d'atelier : l'hybride en position d’orante du f. 217 est copié d'après celle de l'angle supérieur droit du premier feuillet et du f. 135 v. ; et le veneur du f. 253 est une copie de celui du premier feuillet. D'autres sont originales : la mireuse d'urines du f. 49 ; les duellistes et le bélier du f. 60v. ; le musicien du f. 228v., l'eale et l'hybride du f. 229, l'hybride a tête de chien du f. 241 v., le centaure f. 264v. La finesse du dessin des ces figures marginales suggèrent qu'elles ont pu avoir été réalisées par l’enlumineur, qui n'aurait simplement pas terminé son travail.
En revanche, certaines d'entre-elles ont été copiées en jouant sur la transparence du parchemin (f. 228v et f. 230), par une main beaucoup moins habite et surement après la réalisation du manuscrit par un de ses lecteurs ; de même que le petit lapin et la tête de cerf du f. 41.

RELIURE
Reliure de conservation BNF années (1950), cartonnage couvert de basane fauve, décor de filets à froid dessinant des losanges.

PROVENANCE
Sur le dernier feuillet on lis : « Hic liber pertinet ecclesiæ de Claro... », ce dernier mot a été gratté, et on peut distinguer seulement les premières lettres.

BIBLIOGRAPHIE
A. Catalogues d’exposition
_Une abbaye cistercienne, Clairmarais, Saint-Omer, 1990, p. 16-17.

_BUSINE, Laurent ; VANDAMME, Ludo, Le vaste monde à livres ouverts : manuscrits médiévaux en dialogue avec l'art contemporain, Paris, Lannoo, 2002, p. 151 (notice « droit romain » – erronée – ; reprod. du f. 1r).

B. Bibliographie générale
_J. F. von Schulte, Geschichte der Quellen und Literatur des kanonischen Rechts von Gratian bis auf Papst Gregor IX, vol. 2, Stuttgart, 1875, p. 419-423, n° 7 (p. 421. n. 10).

_Jean Destrez. La « pecia » dans les manuscrits universitaires du XIIIe et du XIVe siècle, Paris, Vautrain, 1935 : p. 11, 12, 67, 79, 96, 99, pl. 17 (f. 104r) : il attire l’attention sur le triplet de points disposés en triangle accompagnés de « petits zigzags de la plume » (f. 20va, 35v, 36v, 37r), qu’il trouve aussi dans d’autres manuscrits de fabrication parisienne postérieurs à 1320.

_G. Coolen, La diffusion de la pensée occidentale du temps des manuscrits à la Bible de Gutenberg, BSAM 20 (1963), p. 1-45 : p. 12, 21, 22, 24 (photos du ms.).

_Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, vol. II, Romae, 1975, p. 432 n° 2344 (Summa confessorum), p. 435 n° 2345 (Statuta).

_Bataillon L. J., « Les textes théologiques et philosophiques diffusés à Paris par exemplar et pecia », dans La production du livre universitaire au moyen âge. Exemplar et pecia. Actes du symposium, mai 1983, Paris 1988, p. 155-163 : p. 162.

_BONDEELLE-SOUCHIER, Anne, Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale. Répertoire des abbayes d'hommes, Paris, 1991, p 82 et 87.

_STAATS, Sarah, Le catalogue médiéval de l'abbaye cistercienne de Clairmarais et les manuscrits conservés. Avec le concours de Caroline Heid et Donatella Nebbiai, et une contribution de Patricia Stirnemann, Paris : CNRS éditions, 2016, p. 140.

Auteur
Jean de Fribourg (1250?-1314)
Cote / N° Inv.
Ms. 0136
Provenance
Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Période
14e siècle
Date
1325
Date de fin
1350
Type de document
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Ex-libris
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/21860