Homéliaire patristique


Titre latin
Homiliæ Patrum

Volume de 165 feuillets de parchemin, avec restauration modernes de papier), inscrit sur deux colonnes de 38 à 44 lignes d'une réglure à la mine de plomb. L’écriture est une textualis régulière, de plusieurs mains.
Ce volume présente deux phases de copies nettement différenciées par l'écriture. La première couvre les f. 1 à 88a, la seconde commence sur la seconde colonne du f. 88 et se poursuit jusqu'à la fin du volume.
Les deux ensembles sont homogènes, il ne s'agit donc pas d'un "assemblage de feuillets épars" tel que le décrit Micheland. Cette fausse impression lui a probablement été transmise par les nombreuses et importante restauration du XVIIe siècle qu'a subit ce volume fortement endommagé à une date ancienne. Une demie douzaine de ages ont été remplacée par des pages en papier au XVIIe ou au XVIIIe siècle.

CONTENU
Ce volume est bien un homéliaire, mais, contrairement à ce que suggère son numéro et ce qui en est dit dans le Catalogue des Manuscrits de Saint-Omer, il ne s'agit pas de la suite du 79-1, mais d'une copie complètement différente. Elle est déjà beaucoup plus tardive, de la première moitié du XIIe siècle, et surtout l'écriture et le décor peuvent être rapprochés de plusieurs manuscrits provenant de l'abbaye de Clairmarais.
Compte tenu de l'état du volume, il n'a plus sa table, mais une main moderne a reporté les usages de la plupart d'entre-eux. Actuellement, le volume s'ouvre sur l'homélie 25 d'Augustin sur l’évangile selon Jean 6, 15-44 : "Hesternam ex Evangelio lectionem, ista est hodierna quae sequitur, unde hodiernus sermo debetur. ..." mais qui commence actuellement au 7e paragraphe : "Et tamen tantae sunt tribulationes, ut etiam ipsi qui crediderunt in Iesum...".

DÉCOR
Ce manuscrit présente un décor d'initiales ornées de rinceaux, parfois encadrées, et au cerne bien marqué, rehaussées de vert, de bleu et de rouge. Le reste du décor est constitué de grandes initiales filigranées simples mais élégantes, qui confirme une datation entre le seconde et le troisième quart du XIIe siècle.
Le style des lettres ornées peut être rapproché de manuscrits qui proviennent tous de Clairmarais. On retrouve par exemple une décor très proche dans la lettre Q qui ouvre le ms. 13-2 ou le H du ms. 54 ; les grosses palmettes et les boutons floraux qui prologues certaines lettres comme le m. du f. 24 semble directement influencé du style mosan que l'on retrouve dans le ms. 31 ou le ms. 720 ; enfin, le chien musicien qui danse sur l'antenne du D au f. 25v. n'est pas sans rappeler les nombreuses figures dessinées dans les lettres du ms. 8.
Les hybrides anthropocéphales des f. 40v. et 51 semblent en revanche sortir du répertoire ornementale du maître du Zacharie de Besançon, voir ms. 453 f. 145v. et f. 215v., mais on sait que cet artiste de Saint-Bertin à influencé le scriptorium de Clairmarais comme le ms. 53, f. 17v.

PROVENANCE
Il n'y a plu de marque de provenance visible dans ce volume, mais comme nous l'avons expliqué plus haut, les caractéristiques paléographique et l'enluminure suggère qu'il vient de Clairmarais.

RELIURE
Reliure de restauration BNF, années 1930-40.

Auteur
Grégoire le Grand, pape, saint (540 - 604)
Augustin d’Hippone (0354-0430)
Pierre de Ravenne (380?-451?)
Bède le Vénérable, saint (0673?-0735)
Maximin de Trèves (3..-346), évêque, saint
Léon Ier le Grand (4..-461), pape
Jérôme de Stridon, saint (345-420)
Jean de Jérusalem (3..-417), évêque, saint
Cote / N° Inv.
Ms. 0079
Tomaison
II
Provenance
Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Période
12e siècle
Date de fin
1150
Type de document
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/21861