Recueil


Titre latin
Augustinus Opera diversa collecta

Volume de 129 feuillets de parchemin, inscrits sur deux colonnes de 30 lignes d'un réglure à la mine de plomb. L'écriture est une textualis protogohique régulière.

CONTENU
Il s'agit d'un recueil contenant des œuvres supposées de saint Augustin ou qui lui ont été attribuées. En réalité la moitié sont de l'évêque de Carthage Quodvultdeus.

1. F. lrb-56v : Augustin d'Hiponne, In Iohannis epistulam ad Parthas tractatus X
2. F. 57r-67r : Augustin d'Hiponne, De decem cordis, sermo IX
3. F. 67r-69v. : Césaire d'Arles, De decem plagis et decem preceptis - sermon commentant les dix commandements et les plaies d'Égypte
4. F. 70r-81r : Quodvultdeus de Carthage, Contra iudaeos, paganos et aric
5. F. 81rv : Peudo-Augustin, Sermo de simbolo
6. F. 81vb-87rb : Augustin d'Hiponne, Sermo de symbolo ad catechumenos
7. F. 87r-99r : Quodvultdeus de Carthage, Sermo de symbolo I
8. F. 99r-105v : Quodvultdeus de Carthage, Sermo de symbolo II
9. F. 105v-112r : Quodvultdeus de Carthage, Sermo de symbolo III
10. F. 112r-114v : Augustin d'Hiponne, Sermo 215 de symbolo
11. F. 114v-120r: Augustin d'Hiponne, Sermo 56 de oratione dominica
12. F. 120r-124r : Quodvultdeus de Carthage, Sermo de quattuor virtutibus
13. F. 124r-128v : Quodvultdeus de Carthage, De cantico nouo ad catechumenos

On notera que la majorité des traités ou sermons de ce recueil portent sur le thème du symbole et du catéchuménat.

DÉCOR
Le décor de ce manuscrit est typiquement cistercien. Il est constitué d'initiales monochromes, éventuellement bichrome, vertes et rouges et bleues, émenchées et filigranées, parfois agrémentées de rinceaux et de palmettes.
La seule exception est constituée par l'initiale de début de volume, qui est figurée par deux serpents.
Lorsque l’on se penche sur les différents textes qui ont affirmé la position des cisterciens envers l’art, on se rend compte que ces derniers opposaient un refus quasi catégorique à toute forme d’expression artistique. On en trouve la concrétisation dès la première collection des statuts de l’ordre de 1131. Dans ces textes, tout est fait pour limiter au maximum la présence d’objets d’art et le luxe dans les abbayes de l’ordre : « Dans nos églises ou dans un local d’office quelconque, nous interdisons que l’on se livre à l’art de la sculpture ou de la peinture ; il est rare, en effet, que l’on puisse s’appliquer à cela sans négliger la sainte méditation, sans finir par oublier le sérieux de la vie
religieuse. Nous admettons cependant les croix peintes en bois » (status cisterciens, collection. de 1131, stat. XX).
Une fois que Bernard eut énoncé la règle : « Les lettres devront être d’une seule couleur et non peinte » (Statuts cisterciens, LXXX), et que cette injonction eut été transmise dans les autres abbayes de l’ordre, la plupart des illustrations et ornements figuratifs furent supprimés des manuscrits. Cela a donné le troisième style de Cîteaux ou « style monochrome ». Ainsi que le précise Y. Zaluska : « la monochromie n’est pas un trait purement cistercien, mais les moines blancs sont les premiers à l’avoir érigée en doctrine et à en avoir fait une forme de la quête de Dieu ». Ce style va s’épanouir durant les années quarante du XIIe siècle, jusqu’à la fin du troisième quart de ce siècle, puis, très vite, il laisse de nouveau la place à un retour à l’iconographie foisonnante.

RELIURE
Reliure médiévale, ais de bois couverts de peau mégissée, traces de boulons et vestiges d'une fenêtre.

PROVENANCE
f. 1r : Liber sanctę Marię de Claromasch in quo continentur hec. Tractatus decem sancti augustini episcopi [...] Continet igitur hic liber sermones .XXI. Si quis hunc librum abstulerit anathema sit.
f. 129v. : Liber sancte marie de Claromarischo. Si quis eum abstulerit anathema sit. Amen. Dicant universa que in celo sunt et que in terra
f. 129v : Iste liber pertinet sancte marie de Claromarischo. Si quis eum abstulerit, anatema sit. Amen. Dicant univrersa que in celo sunt et que in t[e]rra. Amen. Timentibus Deum nichil deest, nec his qui.

BIBLIOGRAPHIE
_BONDEELLE-SOUCHIER, Anne, Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale. Répertoire des abbayes d'hommes, Paris, 1991, p. 82-86.
_STAATS, Sarah, Le catalogue médiéval de l'abbaye cistercienne de Clairmarais et les manuscrits conservés. Avec le concours de Caroline Heid et Donatella Nebbiai, et une contribution de Patricia Stirnemann, Paris : CNRS éditions, 2016, p. 82
_P.-P. VERBRAKEN, Les sermons CCXV et LVI de saint Augustin De symbolo et De oratione dominica, dans Rev. Bén. 68, 1958, p. 5-40. (p. 9), éd. p. 18-25 et 26-40,
- R. VANDER PLAETS, Augustinus, Sermo de Symbolo ad catechumenos I, CCS! -* 1969, p. 185-199, p. XX (ms. daté à tort du XIIIe s.).
- R. BRAUN, Quoduultdeus, CCSL 60, 1976, Contra iudateos paganos et arianos : sigle O, p. XLI, LXXXVII ; De Symbolo I-III ; De quattuor uirtutibus caritatis, De cantico non otf catechumenos, p. XCIII: sigle O.
- Une abbaye cistercienne, Clairmarais. Bibliothèque municipale de Saint-Omer, 3-28 juillet 1990, Saint-Omer, 1990, p. 24-25.
- De CONINCK et al, CCSL 41Aa, 2008, p. 152-171, sigle y3.
-STUTZMANN, Dominique (dir.), Jeux de mains. Portraits de scribes dans les manuscrits de la Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer, Saint-Omer, BASO-CASO, 2015, cat. 17, p. 22.

Auteur
Augustin d’Hippone (0354-0430)
Quodvultdeus de Carthage (03..-0450?)
Césaire d'Arles (469/70-542/43)
Cote / N° Inv.
Ms. 0046
Provenance
Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Cote ancienne
52 (Clairmarais)
Période
12e siècle
Date
1175
Date de fin
1199
Type de document
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Reliure ancienne
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/21875