Glose ordinaire sur les épitres pauliniennes


Titre_latin
Magister Petrus Super epistolas Pauli

Volume de 219 feuillets de parchmin, inscrits sur deux colonnes de 28 lignes pour le texte des épitres et 58 lignes pour la glose. L'écriture est une textualise régulière présentant des caractéristiques anglaises.

CONTENU
Il s'agit du commentaire de Pierre Lombard sur les douze épitres Pauliniennes, ou Magna glossatura. Le commentaire de Pierre Lombard, maître à Paris à partir de 1143, constitue une étape fondamentale de l’exégèse des épîtres de saint Paul. Il va progressivement se substituer aux gloses précédentes (Laon et Gilbert de la Porrée) et approfondir la Glose de Laon, pour en développer les éléments doctrinaux. On en possède deux rédactions : une antérieure à 1142-1143 et une révision vers 1159.
un index a été ajouté en début de volume à une date légèrement postérieure au corps d'ouvrage et sur des feuillets plus petits.

DÉCOR
Ce manuscrits est somptueusement orné de deux grandes initiales habitées pour chacune des treize épitres et le prologue.
On distingue nettement deux styles différents, f. 1-126, les initiales peuvent êtres rattachées au Chanel style, qui se développe à Sens à partir des années 1160 sous l'impulsion de Thomas Becket et et du Pape Alexandre III, tous deux en Exile dans cette ville. On y retrouve notamment les petits lions blancs caractéristiques, qui animent des rinceaux qui se développent en palmettes grasses et très découpées, peuplés d'hybrides et de personnages variés. Cette expression relativement tardive du Chanel style, et le fait d'artistes locaux possiblement rattachés au scriptorium de Saint-Bertin. A moins qu'il ne faille chercher du coté de la région de Bruges car on peut rattacher à ce style au moins trois manuscrits provenant de l'abbaye des Dunes (près de Coxyde, Belgique) conservés à la Bibliothèque Publique de Bruges : le troisième volume des Moralia in Job de Grégoire le Grand (ms. 142), et les deux volumes de l'Historia Scholastica (mss 400 et 401).
Or, l'abbaye Notre-Dame des Dunes et l'abbaye Notre-Dame de Clairmarais entretiennent un lien de filiation puisque la tradition reprise dans la Gallia Christiana attribue la fondation de la communauté primitive de Clairmarais à l'abbé Foulque des Dunes en 1128. Même si cette origine est douteuse, les deux abbayes cisterciennes étaient en étroite relations, et il est fort possible qu'elles aient échangé des manuscrits comme c'était courant au sein de cet ordre.
Il se caractérise aussi par l'usage d'un bleu légèrement laiteux de lapis lazuli. On retrouve ce style dans plusieurs manuscrits de Clairmarais : ms. 54, le H du f. 1v ; ms 79 ; et surtout le ms. 720.

Le second style apparait dans la seconde moitié du volume à partir du f. 139. Ce style très élégant est représentatif des derniers feux du style 1200, tel qu'il s'est développé entre la Flandre et l'Artois dans les premières décennies du XIIIe siècle. Cette partie du volume a été probablement enluminée par un atelier actif dans la région au début du XIIIe siècle et auquel on peut attribuer tout ou partie de quatre autres manuscrits de cette abbaye (mss 94, 100, 185 et 193). Le style et certaines figures se retrouve également dans une Bible en image réalisée à Saint-Bertin vers 1200, et sont très proches de celles d’un carnet de modèle réalisé dans la région du Rhin Supérieur vers 1200. Cela suggère deux étapes de l’évolution stylistique d’un même scriptorium (Saint-Bertin ?), mais qui continue d’utiliser les mêmes modèles iconographiques circulant dans la région.

ICONOGRAPHIE
Les lettres ornées de ce manuscrits ne sont pas historiées, mais habitées de nombreux petits personnages et créatures diverses, qui annoncent les grillen et autres marginalia de l'art gothique qui s'en inspirera largement.
On y trouve notamment beaucoup de lions et de serpents, mais aussi une sorte de griffon à tête de coq (f. 2v) ; un couple d'aigles, un bouc et une chèvre et un quadrupède à tête humaine (f. 55) ; un chevalier en cotte de maille combattant un ours, un singe assis entre deux griffons, une femme aux yeux bandés assise sur un lion, un homme mettant un basilic en laisse (f. 90) ; un singe, un scorpion, Samson combattant le lion (f. 108) ; un couple d'aigle et un homme nu portant un chien à bout de bras (f. 166v) ; un singe qui mange un fruit (f. 176 v) ; un homme nu combattant un sanglier, et deux lions partageant une même tête (f. 182) ; un lézard, un aigle bicéphale et ne nombreux serpents (f. 187).

RELIURE
Reliure médiévale : ais de bois couverts de peau mégissée blanche, traces de boulons et de lanières avec pitons, gardes de parchemin de remploi (Zacharie de Besançon, In unm ex quattuor, XIIIe siècle)

PROVENANCE
"Liber Sancte Marie de Claromarisco" (XIIIe) sur le dernier feuillet.

BIBLIOGRAPHIE

A. Catalogues d’exposition
_R. Cordonnier, Splendeurs et lumières des bibliothèques ecclésiastiques audomaroises au Moyen Âge (IXe-XVIe s.), Saint-Omer, 2013, p. 21.

B. Bibliographie générale
_André Boutemy, « Un trésor injustement oublié: les manuscrits enluminés du nord de la France (période pré-gothique) », Scriptorium, 3, 1949, p. 120 (attribue ce ms. à st Bertin)
_BONDEELLE-SOUCHIER, Anne, Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale. Répertoire des abbayes d'hommes, Paris, 1991, p. 82, 86.
_STAATS, Sarah, Le catalogue médiéval de l'abbaye cistercienne de Clairmarais et les manuscrits conservés. Avec le concours de Caroline Heid et Donatella Nebbiai, et une contribution de Patricia Stirnemann, Paris : CNRS éditions, 2016, p. 135.

Auteur
Pierre Lombard (1100-1160)
Cote
Ms. 0031
Groupe
Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Cote ancienne
204 (Clairmarais)
Période
13e siècle
Catégories
Enluminure
Manuscrit
Reliure ancienne
Collection
Manuscrits
Manuscrits > Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Informations bibliographiques
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Numérisé par l’IRHT et financé par l’Équipex BIBLISSIMA - observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/22425