Commentaire sur les prophètes


CONTENU
Jérôme de Stridon, Commentaire sur les prophètes.
Saint Jérôme est un des quatre Pères de l’Église d'Occident. Il est surtout connu pour sa traduction latine de la Bible qu'il réalise à partir des années 382-85 et qui est publiée entre 393 et 405. Ce texte est resté en vigueur jusqu'en 1979 où il est révisé à l'instigation de Vatican II.
Il a également produit des commentaires exégétiques de presque tous les livres bibliques, qui furent souvent réunis en grands ensembles au Moyen Âge, comme c'est le cas de cette collection.

Au verso de la garde supérieure une main du XVIe siècle a copié un récit de la défaite des Français à Gravelines en 1558.

DÉCOR
Ce manuscrit comprend trois niveaux de lettres ornées :
- Les plus grandes pour le commencement de chaque livre.
- Les médianes pour les introductions.
- Et enfin de nombreuses lettres de petit module et parfois simplement colorées pour les divisions du texte.

Leur décor que nous proposons d'appeler des "protofiligranes", apparaît dans la seconde moitié du XIIe siècle. Il dérive des rinceaux et des palmettes de l'époque romane et annonce, par sa simplification linéaire, les filigranes qui dominent le décor des lettres ornées à partir du XIIIe siècle.

De nombreux manuscrits audomarois sont décorés dans ce style mais par des mains différentes.
La plupart ont appartenu à l'abbaye de Saint-Bertin (mss 20, 27, 30, 98, 112, 121, 133, 142, 150, 191, 228, 230, 453, 642).
On notera notamment la présence de deux initiales de ce style dans le ms. 30 qui n'est autre que le chef-d’œuvre du Maître du Zacharie de Besançon, dont la production correspond à l'abbatiat de Godescalc (1163-1176).

Par ailleurs, on en trouve également dans quelques manuscrits provenant de Notre-Dame de Clairmarais (mss 23, 33, 45, 255).
Clairmarais a fait copier plusieurs de ses manuscrits d'après ceux de Saint-Bertin (mss 242 et 243 ou 183 et 184) ; et en a aussi vraisemblablement commandé d'autres au scriptorium de cette abbaye (mss 94 et 193). D'ailleurs, le style du Maître du Zacharie de Besançon a lui-même influencé plusieurs enlumineurs qui ont travaillé pour Clairmarais (mss 3, 114, 213, 716).
Il n'est donc pas surprenant de retrouver ces protofiligranes dans des manuscrits des deux abbayes audomaroises.

Ce qui est plus difficile à expliquer au vu de l'état actuel des recherches, c'est que ce style peut aussi être rapproché de celui d'une série de manuscrits provenant de l'abbaye anglaise de Saint-Alban.
- Cambridge, UL, Dd. 8. 6
- Cambridge, Trinity Hall, 2
- Londres, BL, Add. 81084 ; Royal 2 A. X ; Royal 2 B. IV ; Royal 12 G. XIV ; Royal 13 D. IV.
- Oxford, BL, ms. Laud misc. 358.
Certains de ces manuscrits anglais, tels le Royal 12 G. XIV, comprennent aussi des lettres ornées et habitées dans le "Channel style", et plusieurs d'entre eux ont été commandités par l'abbé Simon de Saint-Alban (1167-1183), grand mécène et amateur de beaux livres, qui s'est alloué les services des meilleurs artisans de son temps.
Il est cependant difficile de savoir s'il y a réellement eu une influence directe entre les protofiligranes anglais et flamands, et encore moins de déterminer qui de Saint-Alban ou de Saint-Bertin a influencé l'autre...
Nous nous retrouvons avec la même problématique que celle qui a longtemps été posée par le Channel style : les protofiligranes sont-ils nés sur le continent ou en Angleterre ?

PROVENANCE
Ce manuscrit provient de l'Abbaye de Clairmarais, mais la marque d’appartenance à disparue suite à une importante restauration réalisée en 1627 par Dom Lambert Boucquet qui a signé son travail au f. 167 v.
Ce religieux de Clairmarais est intervenu dans plusieurs livres de son abbaye (mss 116, 145, 415, 696, l'imprimé 1632 et la Bible à 42 lignes).
Dans le ms. 33, il a remplacé les feuillets 2 à 9, et le dernier feuillet (167). Il a également réparé l’intégralité des autres feuillets dont les angles intérieurs ont été coupés.
Dans les parties où il a dû recopier le texte, on retrouve son écriture caractéristique, proche des lettres de forme gothique du XVe siècle.

Par ailleurs, ce manuscrit avait déjà fait l'objet d'une restauration antérieure à la fin du XIIIe ou au début du XIVe comme en témoigne les ff. 80 à 82.

RELIURE
Ais de bois, couvrure en veau brun refaite au XVIIe siècle et décorée de triples filets.
Présence de renforts d'angles en cuivre, dos à 6 nerfs refait au XXe siècle (restauration BNF, mai 1954).
Les contrecollées sont faites de pages d'un manuscrit liturgique de la fin du XIVe siècle.

Auteur
Jérôme de Stridon, saint (345-420)
Cote / N° Inv.
Ms. 033
Provenance
Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Période
12e siècle
Date
1165
Date de fin
1185
Type
Manuscrit
Type de document
Manuscrit
Enluminure
Collection
Manuscrits > Abbaye de Notre-Dame (Clairmarais)
Lieu de conservation
Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer
Droits
Domaine public

Permalien
https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/1758